Sortie d’ouvrage : Évaluer le bien-être sur un territoire

Ouvrage fruit du projet européen FEADER PEI & PSDR IV BRRISE, dirigé par Lise Bourdeau-Lepage.

De nombreux membres de l’atelier 1 ont participé à ce projet au cours des 5 dernières années : Lise Bourdeau-Lepage, Lisa Rolland, Sixtine Gibert, Pauline Texier, Anouk Sergent, Kenji Fujiki, Didier Soto, William Langlois De Septenville, Maxime Fichet, Clémence Crapart, Guillaume Barral, Octavie Paris, Hugo Carré, Antoine Torre, Muriel Maillefert.

Lecture en ligne : https://indd.adobe.com/view/fb6d1da3-e24a-429c-8b7e-e17afa46fee8

Téléchargeable ICI ou LA

Présentation :

Dans le contexte actuel de crise écologique et sociale, il est crucial de penser autrement l’aménagement de l’espace habité afin de mener des politiques publiques ciblées sur l’humain et son environnement. Les méthodes de diagnostic centrées sur le bien-être permettent justement d’opérer ce changement et de renouveler les modes d’action des acteurs territoriaux.Ce guide méthodologique invite le lecteur à placer la notion de bien-être au cœur de l’action collective et à considérer que l’information sur les territoires est aussi produite par les habitants.
Les quatre outils complémentaires de diagnostic territorial proposés se différencient par : 1) leur approche : participative ou non ; 2) leur échelle spatiale d’application : le foyer, le quartier, la commune, … ; 3) leurs formes : indices statistiques, cartes, maquette-foyer, jeu de cartes mais aussi par 4) la dimension du bien-être qu’ils privilégient.

Chaque outil fait l’objet d’une présentation rapide, d’un exposé des étapes de construction de l’outil et d’un mode d’utilisation avec un déroulé très précis. Sont aussi fournis des exemples concrets, une boite à outils, les points de vigilance et les points d’intérêt. Le lecteur est ainsi guidé pas à pas dans la mise en œuvre d’un diagnostic territorial à l’aune du bien-être.

Premiers résultats de l’Enquête « Le confinement et ses effets sur le quotidien « 

Document de travail de 28 pages présentant les premiers résultats bruts de l’enquête « Le confinement et ses effets sur le quotidien » conduite par Lise Bourdeau-Lepage entre le 23 mars et le 11 mai 2020 dans le cadre de la Consultation CORTE_Covid19, disponible ICI

L’objectif de ce document est de donner à voir les premiers résultats de l’enquête sur les 2 et 3e semaines de confinement. Seuls des résultats très généraux sont donc présentés, le travail de traitement des données récoltées étant toujours en cours et l’analyse débutant tout juste. Ces résultats sont relatifs aux 9 232 personnes qui ont répondu au questionnaire au 07 avril à midi, soit à la fin de la 3e semaine de confinement en France. Certaines questions de l’enquête ne sont pas traitées car elles n’ont été introduites que le premier jour de la 4e semaine de confinement donc en dehors de la période considérée dans le présent document


Résumé : L’analyse des 8 158 questionnaires exploitables obtenus, au cours des 2e & 3e semaines, apporte déjà quelques résultats. Elle met en évidence un effet net du confinement sur l’état mental et physique des personnes. Une grande partie des répondants éprouvent au cours du confinement plus de tristesse, d’irritabilité, de fatigue, de colère que d’habitude. Ils dorment moins bien que d’habitude étant davantage victimes d’insomnie. Ils sont plus nombreux à se sentir isolés socialement. 90% d’entre eux sont aussi plus inquiets que d’habitude pour leurs proches. Autre enseignement, les femmes ressentent plus que les hommes, les effets du confinement sur leur état physique et psychique.

Des changements sont aussi opérés dans les habitudes de vie. Près d’un quart des 8 158 personnes consomment plus de boissons alcoolisées que d’habitude et un bon tiers font plus d’écarts alimentaires. Le cercle familial et amical devient l’horizon des relations sociales fréquentes et le voisinage, l’eldorado des liens sociaux (via notamment la solidarité). La proximité virtuelle (celle permise par les Nouvelles Technologies de l’Information et la Communication) tente de pallier le manque de contacts en face à face.

Ainsi, la restriction des libertés, la forte réduction des interactions en face à face, la privation de contact avec la nature, la contrainte d’un espace de vie réduit conduisent à une diminution notable du bien-être des répondants. 41% d’entre eux déclarent un niveau de satisfaction de vie inférieur ou égal à 5, sur une échelle allant de 1 à 10, au cours du confinement alors qu’ils étaient moins de 9% avant le confinement.

Cette expérience conduit les deux tiers des Français qui ont répondu à l’enquête, a pensé que la manière de vivre de la société française et de prendre en compte l’environnement et de le préserver changera après le 11 mai.

.