De l’intérêt pour la nature en ville. Cadre de vie, santé & aménagement urbain

Article publié dans la Revue d’Economie Régionale et urbaine par Lise Bourdeau-Lepage : https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2019-5-page-893.htm

Aujourd’hui, une nouvelle relation semble se tisser entre la ville et la nature. Cet article identifie les éléments sur lesquels repose ce nouvel intérêt pour la nature en ville. Il explore plusieurs pistes : la montée de la sensibilisation écologique, les effets du processus d’urbanisation et de la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la prise de conscience des bienfaits de la nature notamment sur la santé des hommes. Il examine le caractère pluriel de la nature en ville et souligne les différentes fonctions assurées par le végétal en ville et ses effets positifs sur le cadre vie des citadins. Il conclut sur la quête d’une nouvelle harmonie entre la ville et la nature et sur les impensés des politiques publiques menées en matière de nature en ville.

The sex appeal of nature in the city. Living environment, health and urban planning

Today, a new relationship seems to be woven between city and nature. This article identifies the elements on which this recent interest for nature in the city is based. It explores several tracks: the increase in environmental awareness, the effects of the urbanization process and the dissemination of new information and communication technologies, the awareness of the benefits of nature. It examines the plural character of nature in the city and highlights the different functions performed by the plants in the city. It concludes on the quest for a new harmony between the city and nature and on unthinking public policies on nature in the city.

25e RDV « Bien-être, Santé & Nature en ville : Séminaire inter-ATELIER sur la LPPR

LUNDI 9 MARS 14h-17h aux Halles du Faubourg

Les ateliers de l’UMR EVS s’associent pour ouvrir un espace de parole et de recherche sur la LPPR et ses implications dans la recherche et pour les métiers de la recherche

AU PROGRAMME :

1)    La LPPR, point par point : retour sur  les impacts potentiels sur nos différents quotidiens.

2)   Exprimons-nous et montons à l’échelle ! :
– Et si nous évaluons notre bien-être dans l’ESR…  ?
– Avons nous des dénominateurs communs ? Construction du nuage de nos valeurs communes

Pause et arrêt sur image..

3) Débat mouvant – Quelles actions pouvons/souhaitons-nous mener ?

4) Ateliers parallèles- pour qu’il reste quelque chose de notre rencontre
– Atelier prospective- 
écriture à plusieurs mains  « what if »
Atelier Carto – cartographie de trajectoires de chercheur.e.s
Atelier international:  l’herbe est elle plus verte ailleurs ?

On reste sur le pont pour débattre ?  Nous sommes nombreuses et nombreux à souhaiter que l’UMR soit aussi un espace de parole et de solidarité. Pour cela, nous proposons un séminaire inter-atelier permettant une réflexion commune et transversale qui dépasse nos spécialisations.

Nous affirmons ainsi à quel point la recherche est plus riche quand elle est collaborative, construite collectivement en respectant les apports des différentes disciplines et des différents métiers, en particulier l’importance des administrateur.rice.s et des ingénieur.e.s essentiels pour mener toute recherche.
Nous affirmons également notre inquiétude face à la difficulté grandissante des jeunes chercheur.e.s à trouver un emploi stable. Soumis à une compétition intensive, nous souhaitons leur ouvrir un espace d’expression de leurs inquiétudes au sein de l’UMR.       
Enfin, nous voudrions analyser l’effet des différentes injonctions sur 1) les charges croissantes des enseignant.e.s-chercheur.e.s, 2) sur leur capacité à assurer une activité de recherche et 3) sur leurs possibilités à travailler dans des conditions favorables.

Quelle contribution pouvons-nous avoir à l’échelle des UMR ? Les 8 ateliers proposent de se rencontrer autour d’un seul séminaire en croisant les différentes questions qui pourraient les animer à ce sujet ! Ensemble et sans compétition !

  1. La LPPR rime-t-elle avec la fin de la liberté et du bien-être des enseignants-chercheurs, chercheurs et  des personnels d’appui à la recherche ?
  2. Flux, circulations et carrières : conserver l’énergie de faire la recherche
  3. Métropolisation, concentration, concurrence : la LPPR comme nouvel avatar ?
  4. Quelles ressources pour des recherches indépendantes face aux lobbys et financeurs ?
  5. Pour un environnement non darwinien dans la Recherche
  6. Comment « faire société » dans un modèle de compétition ?
  7. Espaces critiques : « Réformes universitaires, mouvements de contestation syndicale et Résistances des précaires » : en mai 2020, nous accueillons Mathieu Uhel, Université de Caen, pour nous présenter les implications de la fusion des universités dans l’ouest de la France.
  8. Comment un mouvement social se donne à voir spatialement: cartographies contributives et cartographies critiques  – réflexions à partir des mouvements sociaux récents