Archives de catégorie : Rendez-vous « Bien-être et Nature en Ville »

16e RDV BIEN-ETRE, SANTE & NATURE EN VILLE

 

Jeudi 15 février 2018 14h-16h30

Salle UMR 604  6e étage du 18, rue Chevreul, Lyon 7

Titre du séminaire : Vers un diagnostic de territoire sensibleApports de l’approche du bien-être

Venues et interventions

Alice Conte-Jansen– chef de projet Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie, Direction Maîtrise d’ouvrage urbaine Aménagement urbain.

Laurence Roux-Moschetto, Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie, Direction Maîtrise d’ouvrage urbaine, Ressources techniques,

Lise Bourdeau-Lepage, Professeur des universités -UMR EVS

Didier Soto, Ingénieur d’études sur le Projet européen BRRISE

Animation :   Nina Cossais, Doctorante – UMR EVS et CITERES

Présentation du séminaire

L’objet de ce RDV est d’analyser les apports potentiels d’une recherche menée sur le bien-être dans l’élaboration d’un diagnostic en matière d’aménagement et de développement économique. En effet, le projet européen BRRISE cherche à analyser les territoires sous un nouvel angle en prenant en considération les préférences de leurs habitants. Il permet ainsi d’évaluer les manques en termes d’aménités sociales, environnementales et urbaines sur un territoire.  Au cours de ce RDV, la méthodologie de BRRISE élaborée sera présentée par Lise Bourdeau-Lepage et les premiers résultats sur les 6e et 7e arrondissements de Lyon seront dévoilés par Didier Soto.

Ce RDV sera aussi l’occasion de croiser les regards entre praticiens et chercheurs. Un temps sera consacré à une présentation de la métropole de Lyon de quelques-unes de ses préoccupations et de ses travaux.

Alice Conte-Jansen rappellera que le bien-être et la santé sont des domaines qui méritent d’être davantage pris en compte dans les opérations d’aménagement. Elle reviendra sur un des enjeux de la métropole de Lyon. Cette nouvelle collectivité, créée en 2015, rassemble les compétences urbaines de la communauté urbaine, aménagement, urbanisme et du conseil général, santé, personnes vulnérables, et a pour enjeu de « développer un environnement favorable à la  santé ».  Ainsi, elle présentera la démarche exploratoire qui a été menée sur le projet du quartier Grandclément à Villeurbanne, avec la réalisation une étude préalable à une évaluation d’impacts en santé. Au-delà de la méthodologie et des indicateurs observés, la question de la prise en compte du bien-être et de la santé dans de futurs projets sera posée.

Biographie des invitées

Alice Conte-Jansen est chef de projet à la Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie de la Direction Maîtrise d’ouvrage urbaine Aménagement urbaine. Elle a travaillé treize ans dans le développement social urbain à l’étranger et en France et dix ans dans l’aménagement urbain pour des opérations d’ensemble de l’espace public.

Informations complémentaires

Projet BRRISE :  https://www.psdr-ra.fr/Les-projets-PSDR-4/Innovations-territoriales-et-Attractivite/BRRISE

Métropole de Lyon : https://www.grandlyon.com/

15e RDV BIEN-ETRE, SANTE & NATURE EN VILLE

Mercredi 7 février 2018 14h-17h

Salle Chevreul 203  2nd étage du 18, rue Chevreul, Lyon 7

Titre du séminaire : Le bien-être comme levier de résilience face au phénomène migratoire : quelle marge d’action possible aujourd’hui ?

Avec : Shoshana Fine, Docteur associé à Science Po Paris, CERI (Docteur en science politique) &  Valérie Léon, URD (Urgence, Réhabilitation, Développement)

Animation : Pauline Texier (UMR Environnement Ville Société)

Présentation du séminaire

Ce rendez-vous bien-être s’appuie sur le croisement conceptuel de différents champs de recherche : celui du bien-être et ses manières de l’appréhender aux différentes échelles, du territoire à l’individu, et celui de la résilience post-catastrophe et post-traumatique (champs de la géographie des risques et de la psychologie). Il se focalise sur le cas d’un aléa particulier : celui de l’exil face aux persécutions, qui peut être considéré comme un bouleversement des moyens d’existence des migrants demandeurs d’asile, qui ont subi, en quelques sortes une catastrophe.

La question que l’on propose d’examiner est donc la suivante : comment ces personnes, lors de la longue période d’attente en CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile), peuvent réussir à se relever et petit à petit reconstruire leurs capacités et ressources sociales, humaines, économiques, politiques et physiques ?

Notre hypothèse, basée sur les travaux d’Amartya Sen et de sa théorie des capabilités, est que le levier d’action peut être le bien-être, dans le sens où il peut permettre une reprise de confiance en soi, et de conscience de soi et de détenir des savoirs hérités, propices à une réparation nécessaire de la liberté de choix.

La séance s’articulera autour de témoignages de demandeurs d’asile, relayés et analysés par les étudiants du master MEMED dans une approche locale, et une mise en perspective plus large par rapport au contexte politique international, à travers les travaux sur les migrations et frontières en Turquie de Shoshana Fine, Docteure de Sciences-Po Paris, et ceux de Valérie Léon, chargée de recherche et d’évaluation à l’URD, et ayant récemment publié une étude sur la faisabilité des actions solidaires envers les migrants en France au regard des politiques restrictives françaises. En toile de fond, nous mobiliserons l’opérationnalisation séminale faite par Bourdeau-Lepage et Tovar (2011 et 2013) de l’approche de Sen et l’approche de Texier (2009) sur les risques et la résilience.

Biographie des deux invitées

Shoshana Fine, Docteure associée au CERI, est titulaire d’un doctorat en Science Politique et Relations Internationales de Sciences Po (2016). Sa thèse, rédigée sous la direction de Catherine Wihtol de Wenden, se porte sur la gouvernance de la migration, de la sécurité et des frontières en Turquie. Elle s’intéresse plus particulièrement à l’externalisation de la politique migratoire de l’Union Européenne dans les « pays tiers ». En 2015, elle a effectué un séjour de recherche à Columbia University au School of International and Public Affairs en tant que chercheuse invitée. Elle enseigne au Collège Universitaire de Sciences Po depuis 2012. Elle a publié Borders and Mobility in Turkey: Governing Souls and States, sorti chez Palgrave en janvier 2018.

Valérie Léon a rejoint en 2012 le Groupe URD, institut de recherche opérationnelle spécialisé sur les pratiques et les politiques humanitaires. En tant que chargée de recherche et d’évaluation, elle se concentre sur des sujets stratégiques et des thèmes transversaux liés à la résilience et aux migrations. Depuis 2016, elle a participé à deux évaluations multi-pays des réponses de l’aide aux besoins des réfugiés dans toute l’Europe (Start Network, Médecins du Monde). Elle mène actuellement des réflexions sur les positionnements humanitaires face aux flux migratoires en Europe. Diplômée en sciences politiques et relations internationales, elle compte plus de 10 années d’expérience dans les secteurs du développement international et de l’humanitaire. Après avoir collaboré à la conception et la révision de programmes de développement pour les Nations Unies (PNUD et UNICEF), elle a travaillé pour le CICR pendant 8 ans en tant que déléguée polyvalente et coordinatrice du programme de sécurité économique (Kosovo, Colombie, Ethiopie, Géorgie, Salvador, Myanmar).

Bibliographie indicative

Bourdeau-Lepage L. et Tovar E., 2011, Bien-être en Île-de-France : derrière une hausse générale, des disparités territoriales croissantes, Métropolitiques, 2 mai, http://www.metropolitiques.eu/Bien-etre-en-Ile-de-France.html

Bourdeau-Lepage L. et Tovar E., 2013, Quelle fracture socio-spatiale à l’heure du Grand Paris ? Le cœur de l’Île-de-France à la dérive, RERU, 2013-3, décembre, 491-521.

Fine S., 2018, Borders and Mobility in Turkey: Governing Souls and States, Palgrave.

Texier P., 2009, Vulnérabilité et réduction des risques liés à l’eau dans les quartiers informels de Jakarta, Indonésie. Réponses sociales, institutionnelles et non institutionnelles, Thèse de Doctorat, Université Paris-Diderot – Paris VII, 467 pages, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00441988/

7ème RDV Bien-être & Nature en ville

Mercredi 25 janvier 2017

15h30-18h en salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 LYON

Titre du séminaire : Géographie du bien-être & Représentations

Avec : Antoine BAILLY, Professeur émérite (Université de Genève) Animation : Lise BOURDEAU-LEPAGE, Professeur (UMR 5600 EVS)

Présentation du séminaire

La géographie a été lente à reconnaître le rôle des représentations dans la perception du bien-être. Même en géographie urbaine, il n’y avait pas de place pour les récits de l’imaginaire, avant Gould qui donne leur place aux cartes mentales et aux aspirations des habitants. De la géographie des représentations à celle du bien-être il n’y avait qu’une étape franchie par Smith, en 1977 et Bailly en 1981.

Cette conférence montrera comment une nouvelle géographie plus humaniste et culturelle est née, par le biais de représentations spatiales et la recherche du bien-être, une voie qui mettra 30 ans à émerger dans la géographie francophone.

Biographie de l’intervenant

Antoine Bailly, géographe français et homme de réseau, a consacré une grande partie de sa carrière à l’édification de la science régionale en participant activement à la création et à l’animation d’associations de sciences régionales à travers le monde, dont il en présidera plusieurs. Il a également joué un rôle conséquent dans le développement de la nouvelle géographie en Europe. Parmi ces nombreux domaines de prédilection, citons la géographie du bien-être et la médicométrie. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont un certain nombre sont des références en géographie.

Il est un des fondateurs des Café Géo et du Festival de Géographie de Saint-Dié-des- Vosges. En 2008, il reçoit la plus haute distinction des sciences régionales : la« Founder’s Medal », et en 2011 le « Prix International Vautrin Lud » (http://www.antoinebailly.com/).

Nous vous invitons à lire l’interview effectuée par Lise Bourdeau-Lepage et Leila Kebir publiée dans la revue Géographie, Économie, Société en suivant ce lien https://www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2011-4-page-433.htm.

Pour des contraintes d’organisation (capacité de la salle…) merci de confirmer votre venue en envoyant un mail à lblepage@gmail.com.

Bibliographie

2015, Géographie du bien-être, Paris : Economica : Anthropos.
2011, avec L. Bourdeau Lepage, «Concilier le désir de nature et préservation de l’environnement », Géographie Économie Société, 2011/1 – Vol. 13 pages 27 à 43.
2008, avec L. Gibson et K. Haynes ed., Applied geography for the entrepreneurial University, Paris: Economica.
2006, avec M. Bernhardt et M. Gabella Pour une santé de qualité en Suisse, Economica, Paris.
1999, avec R. Scariati, Voyage en géographie : une géographie pour le monde, une géographie pour tout le monde, Paris : Anthropos.
1997, avec R. Ferras, Eléments d’épistémologie de la géographie, Paris : Colin.
1995, avec M. Périat, Médicométrie : une nouvelle approche de la santé, Paris : Economica, Coll. Poche.
1993, avec D. Pumain et R. Ferras Encyclopédie de géographie, Paris : Economica.
1982, La géographie du bien-être, Paris : P.U.F.
1982, avec H. Béguin, Introduction à la géographie humaine, Paris : Masson (Colin, 8ème édition revue 2001).

6ème RDV « Bien-être & Nature en ville »

Vendredi 13 janvier 2017

9h15-12h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007 LYON

Prévoyez un pique-nique que nous pourrons partager pour poursuivre nos échanges.

Titre du séminaire : Bien-Être aux Suds : Corps & Esprit

Avec : Tamara WENISCH, responsable développement Ayurveda (Centre Thalassothérapie de Carnac)

José GONZALEZ, chercheur anthropologue (UMR 5600 EVS)

Animation : Pauline TEXIER, géographe (UMR 5600 EVS)

Présentation du séminaire

Ce séminaire s’adosse à un module d’enseignement de master MEMED « Mondes émergents, mondes en développement » (Lyon 3 et ENS), intitulé « Bien-être aux Suds ».

Toute la semaine, les étudiants suivent des interventions approfondies autour de cette thématique, avec une intervention de Lise Bourdeau-Lepage sur les théories et mesures du bien-être, Octavie Paris sur le Buen Vivir en Equateur et en Bolivie, ainsi que des réflexions sur bien-être au logement au Brésil, puis José Gonzales sur le bien-être chez les indiens Yakis au Mexique, enfin Tamara Wenisch, sur l’Ayurveda et le Yoga comme clefs du bien-être au cœur du Soi.

Nous retrouverons vendredi matin ces intervenants pour une courte présentation de leurs travaux, suivie d’une discussion autour des différentes conceptions du bien-être dans différents cadres culturels du monde, en comparant ce qu’est le bien-être, l’accès inégal au bien-être, les liens entre bien-être spirituel et corporel, et comment le bien-être peut être un moteur social pour améliorer les conditions de vie collectives.

Cette approche comparative nourrira un axe de réflexion naissant de notre Atelier 1, qui tente en effet de tisser les liens entre bien-être et résilience sur les territoires. Nous interrogerons donc les manières de considérer le bien-être comme un levier dans la construction de la résilience des individus et des groupes d’individus, et les outils d’accompagnement que l’on peut créer à partir des concepts, notamment ceux d’Amartya Sen sur les capabilities et ceux mobilisés par Wisner et al., sur l’accès aux ressources et les moyens d’existence pour faire face aux chocs.

Nous réfléchirons également à la lueur d’un cas concret de terrain, celui d’une association de femmes, Histoires de Femmes, ancrée à Pierre Bénite, commune exposée au risque industriel et se caractérisant par des difficultés sociales et économiques. Cette association propose une prise de confiance en soi et de conscience de soi à travers des activités liées au bien-être corporel féminin. Des transformations et bienfaits ont été générés dans leurs liens familiaux et sociaux à l’échelle du quartier.

(Invitation de Saloua HANZOUTI, une représentante de l’association, en cours, non confirmée, ou déplacement possible à Pierre Bénite le jeudi après-midi ou le vendredi après-midi).

 

5ème RDV « Bien-être & Nature en ville »

Lundi 12 décembre 2016

17h-19h en salle 604 – 18 rue Chevreul 69007

Titre du séminaire : Îlot de Chaleur Urbain et Bien-Être

Avec Luce Ponsar (Métropole de Lyon), Nina Cossais (UMR CITERES et EVS) et DidierSoto (UMR 5600 EVS).

Présentation du séminaire

Les projections climatiques concernant le territoire de la Métropole de Lyon laissent présager des situations à risque de vague de chaleur plus intenses et plus fréquentes, dont les effets sont potentiellement amplifiés, en milieu urbain, par le phénomène d’îlot de chaleur. La survenue de telles situations, à l’instar de celles connues en 2003 ou en 2015, interroge la capacité d’adaptation de nos territoires, problématique dont doivent se saisir chercheurs et praticiens. Dans cette optique, ce séminaire propose d’ouvrir la réflexion autour de trois interventions. Luce Ponsar, chef de projet Plan Climat de la Métropole de Lyon, présente les éléments les plus avancées de la stratégie locale d’adaptation, ainsi que ses verrous et ses freins. Nina Cossais, doctorante, interroge les avantages et limites des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales à travers le cas d’exemples lyonnais. Didier Soto, post-doctorant, propose de clore la réflexion par la présentation d’une approche exploratoire sur l’évaluation de la capacité d’adaptation du territoire, au prisme notamment du bien-être des individus.

Bibliographie

BOURDEAU-LEPAGE L., VIDAL R., 2014, Nature en ville : attentes citadines et actions publiques, Paris, Éditions Editopics, 120 p.

MUSY M. (COORD.), 2014, Une ville verte ; les rôles du végétal en ville, Éditions Quae, 200 p.

PONSAR L., 2016, naissance d’une politique d’adaptation aux changements climatiques, in DARRIBEHAUDE F. et al., Le vivant en ville – Nouvelles émergences, Lyon, Métropole de Lyon, pp. 20-31.

RICHARD E., 2016, L’adaptation aux changements climatiques. Les réponses de l’action publique territoriale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 283 p.

SOTO D., MERLIER L., PONSAR L., MACE A., RUSAOUEN G., RENARD F., KUZNIK F., 2016, Préfiguration d’une structure pluridisciplinaire de recherche-action dédiée à l’étude des climats urbains et de leurs effets sur le territoire de la Métropole de Lyon, Pollution atmosphérique, Climat, Santé, Société, 231-232, mis en ligne le 28 novembre 2016, http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=5821

4ème RDV « Bien-être & Nature en ville »

Jeudi 19 mai 2016

10h-12h salle 604, 18 rue Chevreul 69007 LYON

Titre de l’intervention : L’immersion spatiale comme source de bien-être dans la ville

par Lamia Chakroun (UMR EVS)

Présentation de l’intervention

A travers le projet « sensibilisation spatiale » menée avec l’association ACTAV et qui avait pour but de sensibiliser les habitants aux paysages de leur ville et de s’exprimer sous forme de spectacle, cette recherche propose une approche du bien être dans la ville s’appuyant sur la découverte multi sensorielle. Elle met en avant l’imprégnation des ambiances et des paysages. Il s’agit ici d’une recherche-action construite à partir d’une action participative d’observation. Les parcours proposés se font à pieds. La marche permet de prendre le temps de voir et de sentir. Elle procure de l’épaisseur à notre perception. L’écho de nos pas est autant d’échos de notre entrée dans l’aventure du parcours. Elle nous permet d’être à l’écoute de nous-mêmes et du monde. Ici, la démarche d’observation employée dépasse la matérialité du paysage. Elle prend en compte l’histoire de la personne, mais aussi celle du lieu, la perception et la sensibilité perceptive de chacun. Elle véhicule les valeurs de l’observateur, ses envies et ses émotions. La mise en lumière de ces catégories de perception permet de réfléchir aux aménagements paysagers (mobilier, cadrage de points de vue, ambiances) en tenant compte de la sensibilité des usagers de l’espace et de leur bien-être. Dans la mesure où cette expérience aspire à être élargie à des usagers d’âges, de profils sociaux différents ou possédant des intelligences différentes (sureffiscients mentaux, autistes, déficients,…), elle permet de mettre en lumière des modes de perception du paysage qui tiennent compte de la différence et où chaque individu peut trouver sa place dans une vision d’une ville citoyenne et équitable.

Bibliographie

Bachelard G., La poétique de l’espace, Presses Universitaires de France, 2001, 214 p.

Combres E., Quand la nature inspire les écrivains , plume de Carotte, 2015, 387 p.

Deffontaines P., Rittter J., Deffontaines B., Michaud D., Petit guide de l’observation du paysage, Quae, 30p.
Grout C., L’émotion du paysage, ouverture et dévastation, Essais, 2004, 173 p, p. 19.
Le Breton D., Eloge de la marche, Métailié, Paris, 2000, 177 p.

Manola T., Conditions et apports du paysage multi-sensoriel pour une approche sensible de l’urbain, Doctorat en urbanisme, aménagement, et politiques urbaines, Université Paris Est, Lab’ Urba, Institut d’urbanisme de Paris, laboratoire LAVUE, 2012.
Pirson J. F., Entre le monde et soi : pratique exploratoires de l’espace, lettre volée, 2008, 109 p.

3ème RDV « Bien-être & Nature en Ville »

 Mardi 24 novembre 2015
 10h30-13h30salle 604, 18, rue Chevreul 69007 LYON

Programme 
10h30-11h : accueil et retour sur le 2nd RDV, la Table ronde grand public, intitulée « Agriculture urbaine, jardins partagés et pollutions : quels risques ? Quelles solutions ? » qui a eu lieu le 9 octobre 2015 à Lyon 3. (cf 2ème RDV « Bien-être et Nature en Ville »)
11h-13h : Travail sur le Buen Vivir avec une présentation et une animation faite par Chantal Berdier, Muriel Maillefert et Stéphane Pagano.
13h-13h30 : Conclusions et questions diverses

2ème RDV « Bien-être & Nature en Ville »

Vendredi 9 octobre 2015

14h30 à 17h30, Auditorium Malraux, Université Lyon 3 Jean Moulin (6, cours Albert Thomas)

Titre du séminaire : « Agriculture urbaine, jardins partagés et pollutions : quels risques ? Quelles solutions ? »

Avec : Alternatiba, l’Université Lyon 3, l’UMR Environnement Ville Société : Atelier 1 « Bien- être en ville : nature, santé et inégalités intra-urbaines et inter-urbaines »

Pratique de plus en plus courante associée aux communs, et considérée à juste titre comme favorable pour développer la présence de nature en ville, le bien-être, la cohésion sociale entre autre bienfaits, ces jardins sont parfois le lieu de cultures destinées à l’alimentation. Cultiver en ville n’est pourtant pas anodin, car le milieu urbain se caractérise aussi par la présence de polluants, dans l’air, qui peuvent être captés par l’eau de pluie ruisselante et récupérées pour arroser ces jardins, et dans les sols liés à la présence passée d’industries polluantes.

C’est en croisant le regard et l’analyse de différents chercheurs en écologie urbaine, sur le bien-être et la nature en ville, et d’acteurs de ces jardins (associatifs, institutionnels) ainsi que d’experts en pollution des sols, que nous souhaitons aborder cette problématique : quels sont les risques liés à l’agriculture urbaine sur sols pollués ? Quelles solutions existent pour éviter une contamination des productions et faire de cette pratique une alternative soutenable face au défi climatique ?

Autour de la table :

o Animation : Pauline TEXIER, Maître de Conférence en Géographie à l’Université Lyon 3 et chercheuse à l’UMR Environnement, Ville et Société, chercheuse au sein de l’UMR EVS, spécialiste en Gestion des risques, approches participatives, inégalités et développement, membre de l’atelier 1 d’UMR EVS,

o Participants :

Cyril BORRON, Association EISENIA

Blandine CLOZEL-LELOUP, Ingénieure géochimiste environnementale au BRGM

Nina COSSAIS, Doctorante à l’UMR Environnement, Ville et Société, sur la gestion alternative des eaux pluviales, membre de l’atelier 1 d’UMR EVS

Hélène FONFREDE, Chargée des jardins partagés au développement territorial de la Ville de Lyon

Julie PLANCON, Etudiante en Master 2 professionnel « Gestion des Risques dans les Collectivités Territoriales à l’Université Lyon 3 en Géographie, ancienne stagiaire BRGM ayant réalisé un mémoire sur la thématique des jardins partagés face aux sols pollués. Muriel MAILLEFERT, Professeur d’Aménagement à l’université Lyon 3, Chercheuse à l’UMR Environnement Ville Société, Spécialiste d’écologie industrielle, membre de l’atelier 1 d’UMR EVS