Archives de catégorie : Billets

Sortie d’ouvrage : Évaluer le bien-être sur un territoire

Ouvrage fruit du projet européen FEADER PEI & PSDR IV BRRISE, dirigé par Lise Bourdeau-Lepage.

De nombreux membres de l’atelier 1 ont participé à ce projet au cours des 5 dernières années : Lise Bourdeau-Lepage, Lisa Rolland, Sixtine Gibert, Pauline Texier, Anouk Sergent, Kenji Fujiki, Didier Soto, William Langlois De Septenville, Maxime Fichet, Clémence Crapart, Guillaume Barral, Octavie Paris, Hugo Carré, Antoine Torre, Muriel Maillefert.

Lecture en ligne : https://indd.adobe.com/view/fb6d1da3-e24a-429c-8b7e-e17afa46fee8

Téléchargeable ICI ou LA

Présentation :

Dans le contexte actuel de crise écologique et sociale, il est crucial de penser autrement l’aménagement de l’espace habité afin de mener des politiques publiques ciblées sur l’humain et son environnement. Les méthodes de diagnostic centrées sur le bien-être permettent justement d’opérer ce changement et de renouveler les modes d’action des acteurs territoriaux.Ce guide méthodologique invite le lecteur à placer la notion de bien-être au cœur de l’action collective et à considérer que l’information sur les territoires est aussi produite par les habitants.
Les quatre outils complémentaires de diagnostic territorial proposés se différencient par : 1) leur approche : participative ou non ; 2) leur échelle spatiale d’application : le foyer, le quartier, la commune, … ; 3) leurs formes : indices statistiques, cartes, maquette-foyer, jeu de cartes mais aussi par 4) la dimension du bien-être qu’ils privilégient.

Chaque outil fait l’objet d’une présentation rapide, d’un exposé des étapes de construction de l’outil et d’un mode d’utilisation avec un déroulé très précis. Sont aussi fournis des exemples concrets, une boite à outils, les points de vigilance et les points d’intérêt. Le lecteur est ainsi guidé pas à pas dans la mise en œuvre d’un diagnostic territorial à l’aune du bien-être.

Premiers résultats de l’Enquête « Le confinement et ses effets sur le quotidien « 

Document de travail de 28 pages présentant les premiers résultats bruts de l’enquête « Le confinement et ses effets sur le quotidien » conduite par Lise Bourdeau-Lepage entre le 23 mars et le 11 mai 2020 dans le cadre de la Consultation CORTE_Covid19, disponible ICI

L’objectif de ce document est de donner à voir les premiers résultats de l’enquête sur les 2 et 3e semaines de confinement. Seuls des résultats très généraux sont donc présentés, le travail de traitement des données récoltées étant toujours en cours et l’analyse débutant tout juste. Ces résultats sont relatifs aux 9 232 personnes qui ont répondu au questionnaire au 07 avril à midi, soit à la fin de la 3e semaine de confinement en France. Certaines questions de l’enquête ne sont pas traitées car elles n’ont été introduites que le premier jour de la 4e semaine de confinement donc en dehors de la période considérée dans le présent document


Résumé : L’analyse des 8 158 questionnaires exploitables obtenus, au cours des 2e & 3e semaines, apporte déjà quelques résultats. Elle met en évidence un effet net du confinement sur l’état mental et physique des personnes. Une grande partie des répondants éprouvent au cours du confinement plus de tristesse, d’irritabilité, de fatigue, de colère que d’habitude. Ils dorment moins bien que d’habitude étant davantage victimes d’insomnie. Ils sont plus nombreux à se sentir isolés socialement. 90% d’entre eux sont aussi plus inquiets que d’habitude pour leurs proches. Autre enseignement, les femmes ressentent plus que les hommes, les effets du confinement sur leur état physique et psychique.

Des changements sont aussi opérés dans les habitudes de vie. Près d’un quart des 8 158 personnes consomment plus de boissons alcoolisées que d’habitude et un bon tiers font plus d’écarts alimentaires. Le cercle familial et amical devient l’horizon des relations sociales fréquentes et le voisinage, l’eldorado des liens sociaux (via notamment la solidarité). La proximité virtuelle (celle permise par les Nouvelles Technologies de l’Information et la Communication) tente de pallier le manque de contacts en face à face.

Ainsi, la restriction des libertés, la forte réduction des interactions en face à face, la privation de contact avec la nature, la contrainte d’un espace de vie réduit conduisent à une diminution notable du bien-être des répondants. 41% d’entre eux déclarent un niveau de satisfaction de vie inférieur ou égal à 5, sur une échelle allant de 1 à 10, au cours du confinement alors qu’ils étaient moins de 9% avant le confinement.

Cette expérience conduit les deux tiers des Français qui ont répondu à l’enquête, a pensé que la manière de vivre de la société française et de prendre en compte l’environnement et de le préserver changera après le 11 mai.

.

CR du 25E RDV : RDV INTER ATELIERS SUR LA LPPR le 9 MARS 2020

Nuage de valeurs communes aux personnes ayant particpé au 25e RDV dont le thème était la LPPR

Mieux comprendre la LPPR et nous recentrer sur notre bien-être au travail, nos valeurs, et nos motivations à défendre nos métiers dans l’ESR. C’était il y a 1 mois… cela parait une éternité !! Et pourtant cela reste aussi d’actualité. Le 9 mars nous « restions sur le pont » pour échanger autour de la LPPR. Cette demi-journée aura réuni une trentaine de membres d’EVS, de toutes générations, de tous statuts, de nombreuses composantes…(y compris en visio déjà..) un joli paysage humain de l’UMR ! 

Cette demi-journée a permis à chacun.e de s’exprimer, hors de tout enjeu d’évaluation; chaque parole portant  seulement la valeur de vécus, et d’expériences, voire d’analyses individuelles. Aujourd’hui cette question reste d’actualité, tant dans ses aspects scientifiques et humains,  que politique pour le maintien d’un service public fort et engagé, enseignement comme recherche. Vous trouverez ci après un retour sur chacun des points abordés, en texte retranscrit des discussions, en image, en graphique et en cartographie !

Compte-rendu et retours sur images  par- Flore Lecomte, Judicaëlle Dietrich, Pauline Texier et Hélène Mathian.

1)    La LPPR, point par point : retour sur les impacts potentiels sur nos différents quotidiens.

Discussion autour de la vidéo où Antoine Gaudin situe le contexte de préparation de la LPPR

Vidéo de présentation de la LPPR : Antoine Gaudin, MCF en études cinématographiques

Les différentes interventions sont ici retranscrites (lien vers 2020 03 09CR EVS_LPPR_PointParPoint.pdf) , sans citer le nom des intervenants, Les interventions se sont enchaînées, chacun.e apportant un point de vue différent selon son âge, son expérience  et son statut. Nous en restituons ici la teneur.

2) Évaluons notre bien-être (BE) dans l’ESR

1 idée, 1 post-it, chacun.e peut proposer 3 idées… Puis on regroupe! »

Pause et arrêt sur image : Que serait une équipe sans les précaires ? Exemple de la journée de réflexion du 9 mars

4) Débat mouvant  Quelles actions pouvons/souhaitons-nous mener ? « Nous n’avons pas le pouvoir d’Agir pour contrer la LPPR ». Les débats ont eu lieu à l’intérieur de chaque groupe « pour » et « contre ». Nous n’avons pas eu le temps d’engager le débat entre les groupes…

L’après-midi a montré combien qu’il était nécessaire d’avoir cet espace de discussion. Ce débat est plus que jamais d’actualité, à  l’aune de ce que nous sommes en train de vivre et d’expérimenter.

Rendez-vous donc en présentiel dès que cela sera possible pour en re-discuter! Au programme ce débat post-COVID, ce que l’on n’a pas eu le temps de faire le 9 mars : Atelier d’écritures prospectives, Ateliers de cartographie : trajectoires de jeunes chercheur.e.s , Comment cela se passe-t-il à l’étranger ? …

ENquête en cours : Le confinement et ses effets sur le quotidien

Lancement de travaux de recherche sur les effets du confinement induit par le coronavirus par Lise Bourdeau-Lepage

Ces travaux ont pour but de comprendre comment les habitants de France se sont adaptés aux contraintes imposées depuis le confinement lié au coronavirus. Ceci dans le but d’éclairer la décision publique, convaincu que c’est le rôle du chercheur. Ainsi, l’objectif de cette recherche est d’analyser :

  • les principaux changements (les adaptations) qui se sont opéré(e)s dans le quotidien des Français au cours du confinement : rythmes de vie, habitudes de vie (courses, sport), relations sociales, mais aussi :
  • leur condition de vie: lieu de vie, situation face à l’emploi, …

pour saisir l’impact sur leur bien-être et leur santé : leurs ressentis au cours du confinement et leur niveau de satisfaction de vie.

Le questionnaire a été élaborée par Lise Bourdeau-Lepage. Il a été lancé le lundi 23 mars sur les réseaux sociaux.

Il s’agit d’une enquête nationale (et bientôt internationale) sur le confinement et ses effets sur le quotidien avec une entrée bien-être, relations sociales et habitudes de vie.
C’est bien sûr une enquête en ligne (donc sans échantillon représentatif de la population) : https://t.co/0Rg19b8ADp?amp=1
 
Si vous pouvez la remplir et la diffuser.
 
 

26e RDV « Bien-être, Santé & Nature en ville

Les outils du jardinier @J.-P. Husson

Le potager, bel objet géographique

MARDI 7 AVRIL SALLE DE L’UMR EVS 604

18, rue Chevreul 69007 LYON

Intervention :  Jean-Pierre Husson, Professeur émérite, Université de Lorraine

Animation : Lisa Rolland, Maître de conférences associée aux ENSA, UMR EVS

Dans les formes de villes douces, vertes, amènes et traversées par des trames vertes et bleues, le potager est un bel objet de respiration, de mise en scène et encore une riche auberge de biodiversité. Cultivé du dedans, perçu du dehors, il mérite d’abord d’être approché dans la variété de ses constituants : haies, arbres, jachère, planches de légumes, cabane, etc., et dans la diversité de ses situations : prolongement de la maison, jardin dit ouvrier, partagé, de pied d’immeuble, micros-jardins en pot. Après ces prolégomènes, j’envisagerai de formuler trois questions à son sujet. Porté par un soutien affectif, le potager accompagne nos envies de naturalité, de résilience et de ville fertile. Il est devenu terrain d’expériences de nouvelles pratiques, voire de controverses. Enfin, il faut s’interroger sur son inscription dans un cercle vertueux et nourricier servant la reconnaissance des saisons, des fleurs, fruits et légumes élevés dans des mélanges mellifères.

Bibliographie de l’intervenant :

Parmi les livres assez récents :

Husson J-P., 2008, Envies de campagne, les espaces ruraux français. Paris, Ellipses, collection Carrefours, 207 p.

Husson J-Pierre, Deshaies Michel (textes réunis) -2015- Paysages lus du ciel et inscrits dans le temps. Hommages à André Humbert. Nancy, Presses universitaires de Lorraine, 392 p.

Husson Jean-Pierre, 2016, La Lorraine des Lumières. Voyages dans les temporalités, les paysages, les territoires Strasbourg, Vent d’Est, 309 p.  Bourse d’Histoire du Prix Erckmann-Chatrian 2016.

Parmi les textes assez récents offrant du lien avec le sujet :

Husson J.-P., 2013, Quand la nature s’oppose à la ville. Paris, Les Cahiers Européens des Sciences Sociales. N° 4 Dossier « La ville à travers ses limites » coordonné par H. Marchal et J.-M. Stébé, 118 p., p. 55-67.

Husson J.-P. -2014- Bien-être et aménagement. Nancy, Mémoires de l’Académie de Stanislas, 2014, p. 73-80.

Husson J.-P., 2017, Les Vosges artialisées : processus, images, finalités. RGA  105-2/2017, http://rga.revues.org/3699 (mis en ligne le 20 juin 2017).

Husson J.-P. -2017- Le potager, bel objet géographique. Dans J.-R. Trochet, G. Chemla, V. Moriniaux (dir.) Mélanges en l’honneur de Jean-Robert Pitte. Paris, PUPS, 657 p., p. 201-217.

De l’intérêt pour la nature en ville. Cadre de vie, santé & aménagement urbain

Article publié dans la Revue d’Economie Régionale et urbaine par Lise Bourdeau-Lepage : https://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2019-5-page-893.htm

Aujourd’hui, une nouvelle relation semble se tisser entre la ville et la nature. Cet article identifie les éléments sur lesquels repose ce nouvel intérêt pour la nature en ville. Il explore plusieurs pistes : la montée de la sensibilisation écologique, les effets du processus d’urbanisation et de la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la prise de conscience des bienfaits de la nature notamment sur la santé des hommes. Il examine le caractère pluriel de la nature en ville et souligne les différentes fonctions assurées par le végétal en ville et ses effets positifs sur le cadre vie des citadins. Il conclut sur la quête d’une nouvelle harmonie entre la ville et la nature et sur les impensés des politiques publiques menées en matière de nature en ville.

The sex appeal of nature in the city. Living environment, health and urban planning

Today, a new relationship seems to be woven between city and nature. This article identifies the elements on which this recent interest for nature in the city is based. It explores several tracks: the increase in environmental awareness, the effects of the urbanization process and the dissemination of new information and communication technologies, the awareness of the benefits of nature. It examines the plural character of nature in the city and highlights the different functions performed by the plants in the city. It concludes on the quest for a new harmony between the city and nature and on unthinking public policies on nature in the city.

prix de la meilleure thèse sur le Brésil en Europe de l’Association des brésilianistes en Europe

Octavie Paris, Université Lyon 3, a obtenu le prix de la meilleure thèse sur le Brésil en Europe de l’Association des brésilianistes en Europe pour son manuscrit intitulé  » Habiter un logement populaire locatif du centre-ville: la place des cortiços à São Paulo, Salvador et Belém« , thèse dirigée par Bourdeau-Lepage Lise.

© Paris Octavie

Colloque « Bien-être et normes environnementales »

Lyon, 17 et 18 octobre 2019 – Amphithéâtre de la MILC (35 rue Raulin – Lyon 7e) – participation de l’Atelier 1 EVS Programme en suivant le lien : https://facdedroit.univ-lyon3.fr/colloque-bien-etre-et-normes-environnementales?id_agendaevenement=705233

Proposition scientifique : Le bien-être est une notion floue, éminemment subjective, qui décrit de manière générale un « état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit » (Dictionnaire Larousse). Pour autant, elle a intégré la sphère juridique au plus haut niveau, le Traité sur l’Union européenne fixant à cette dernière le but « de promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples » (art. 3.1). Dans le champ plus spécifique des normes environnementales, le bien-être est apparu par la reconnaissance du droit à un environnement sain. La Déclaration de Stockholm de 1972 proclame dans son article 1er que l’être humain a « un droit fondamental à la liberté, à l’égalité et à des conditions de vie satisfaisantes, dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien-être ». Dès son arrêt Lopez Ostra de 1994, la Cour européenne des droits de l’homme relie la protection de l’environnement au bien-être de la personne. En droit français, la Charte de l’environnement reconnait à chacun « le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé », mais ne se réfère pas au bien-être. Son préambule souligne néanmoins que « la diversité biologique, l’épanouissement de la personne et le progrès des sociétés humaines sont affectés par certains modes de consommation ou de production et par l’exploitation excessive des ressources naturelles ». Les atteintes à l’environnement affectent donc le bien-être humain : le 7e programme d’action pour l’environnement de l’Union européenne retient, parmi ses objectifs prioritaires, de « protéger les citoyens de l’Union contre les pressions et les risques pour la santé et le bien-être liés à l’environnement » (art. 2, 1°, c). Ce bien-être est d’ailleurs désormais intégré au développement durable, comme en atteste la Déclaration de Rio + 20 : « les objectifs du développement durable ne peuvent être réalisés qu’en l’absence d’une forte prévalence des maladies transmissibles ou non transmissibles […] et lorsque les populations peuvent atteindre un état de bien-être physique, mental et social » (§ 138). L’article L. 110-1 du Code de l’environnement le confirme, incluant « l’épanouissement de tous les êtres humains » parmi les engagements pour un développement durable, aux côtés de la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations, la transition vers une économie circulaire. Le bien-être humain et celui de l’environnement ainsi liés se nourrissent réciproquement. Partant de ce constat d’une émergence du bien-être dans les normes environnementales, la proposition scientifique de ce colloque est d’explorer plus avant ce processus et l’évolution qui pourrait en résulter dans les relations entre droit et environnement.

brainstorming Déjeunatoire autour de la construction d’un fablab

Le 11 juin 2019, de  11h00 – 14h00  en salle 307 au 18 Rue Chevreul, 69007 Lyon

L’objectif est d’améliorer la vie des chercheuses et chercheurs, un projet de tiers lieux qui leur est destiné est en train de se mettre en place dans toute la France.

L’idée est de créer un tiers lieux qui proposerait des services tels qu’un FabLab, des logements, des espaces de co-working, des événements de médiation des sciences et des cultures européennes… Il s’agit de créer de la mixité, des rencontres, de l’entraide, de faire naître des collaborations et de nouveaux projets à l’échelle locale, nationale, européenne ou internationale.

Ce type de lieux peut aider pour la socialisation des doctorant.e.s et docteur.e.s, notamment les doctorant.e.s et docteur.e.s en échanges européens et internationaux.

 L’objectif est donc de créer un tel lieu à Lyon en complément des institutions déjà existantes.

 Camille Morel, membre de l’atelier 1, fait partie des personnes qui travaillent à la mise en place de ce projet et organise un RDV pour identifier au mieux les besoins/idées des doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s pour co-construire ce lieu.

Avec ses collègues, elle présentera un bon nombre d’idées concernant les services qui  pourraient être proposés. Toutefois, par cet RDV, ils souhaitent évaluer la pertinence de ces dernières et en trouver de nouvelles peut-être plus adaptées à nos besoins et envies.

Camille Morel, chercheure associée au laboratoire Environnement, Ville, Société à Lyon

Dr Sebastien Poulain, chercheur associé au laboratoire Mica, Université Bordeaux Montaigne

Sandrine Tobie, entrepreneuse du bien-vivre, Crois/Sens

Un livre sorti : « Éduquer à l’environnement par l’approche sensible »

d’Edith Planche, aux Editions Chronique sociale, 2018.

Comment restaurer le lien entre l’Homme et la nature ? Comment éduquer à l’environnement sans culpabiliser le citoyen ? 
Comment mettre en œuvre des changements durables dans les mentalités et les actes, pour intégrer de façon « naturelle » et sensible, le respect de notre planète ?

Cet ouvrage apporte les éléments tant de réflexion que les réponses créatives à mettre en œuvre sur un territoire. Ce livre va vous permettre de réenchanter le monde, de retisser des liens avec l’environnement par l’art et l’ethnologie, à travers des ateliers concrets.

Disponible sur le site : http://www.chroniquesociale.com


Un livre sorti intitulé « Nature en ville : Désirs & Controverses »

de Bourdeau-Lepage Lise aux éditions La Librairie des Territoires, décembre 2017

© Photo Guillaume Voiseau 2017

Résumé : Peut-on vraiment marier la nature et la ville ? Quels sont les désirs de nature des citadins ? Qu’expriment-ils ? Comment les citadins se représentent-ils la nature ? Quels sont les bienfaits de la nature en ville ? Aménager l’urbain en prenant en compte la nature est-ce vraiment possible ? Qu’est-ce que cela change en termes de pratiques ? Quels sont les risques de la réintroduction de la nature en ville ? De telles questions, au centre des préoccupations des chercheurs et des acteurs locaux, engendrent des controverses que ce livre tente d’éclairer. Dans cette optique, il explore les raisons du désir de nature des citadins et en montre la diversité. Il fait une large place aux pratiques et aux usages de nature en ville tout en s’interrogeant sur leur pertinence et leurs sources. Il met également en débat la question de la nature en ville. Il révèle sa face cachée, l’instrumentalisation de la nature en ville à des fins de politiques publiques. Il met en évidence les changements que la réintroduction de la nature en ville impose en matière d’aménagement urbain. Il souligne quelques débats philosophiques, sociaux, économiques… que cela génère.

Disponible sur : https://www.leslibraires.fr/livre/13481113-nature-en-ville-desirs-et-controverses-bourdeau-lepage-lise-des-territoires


19e RDV « Bien-être, Santé & Nature en ville »

Mardi 4 décembre 2018 de 13h à 15h – salle 604

Une végétation parsemée sur le territoire de la Métropole de Lyon
Le jardin des curiosités, St Just, août 2018, Maxime

Intervention :      Arnaud Bellec, Docteur et chercheur à l’UMR EVS Animatrice :         Lise Bourdeau-Lepage, UMR EVS

L’armature verte urbaine rassemble tous les éléments de végétation contribuant à répondre aux défis majeurs associés à l’Anthropocène, comme l’adaptation au changement climatique, la préservation de la biodiversité, l’infiltration des eaux pluviales ou l’amélioration de la santé des populations. La cartographie précise des espaces végétalisés urbains fait aujourd’hui défaut bien que les données spatiales issues de capteurs aéroportés soient disponibles depuis de nombreuses années. De ce fait, il est aujourd’hui difficile d’évaluer la fonctionnalité des armatures vertes.

Pour répondre à ce besoin d’évaluation, le territoire de la Métropole de Lyon à un mètre de résolution spatiale a été cartographié entre 1984 et 2015, en utilisant une procédure orientée objet. Ces cartographies ont été ensuite mises à disposition sur une plateforme web dédiée.

Il ressort de ce travail que les surfaces végétalisées de la Métropole sont comparables à celles d’autres agglomérations de même rang. Cependant l’accès de la population à cette végétation est très inégalement réparti. Ainsi, seuls 11 % des habitants disposent d’un espace vert de plus de 2 hectares à moins de 5 minutes de chez eux. Souvent sous-estimés dans les politiques urbaines, les jardins des particuliers représentent deux fois la surface des espaces verts publics, et devraient faire l’objet des mêmes questionnements, quant à leur valeur pour la mitigation climatique ou pour la biodiversité.

L’évaluation de l’armature urbaine ne s’arrête pas à sa cartographie, mais doit conduire à l’exploration de sa perception à différentes échelles spatiales, pour différents acteurs (habitants, professionnels et autres organismes vivants) et selon plusieurs mesures de bien-être physique, mental et culturel.

Soutenance de thèse d’Octavie PARIS

L’atelier 1 a le plaisir de vous annoncer la soutenance de la thèse d’Octavie Paris intitulée Habiter un logement populaire locatif dans le centre-ville : la place des cortiços à São Paulo, Salvador et Belém.

Elle aura lieu le 25 octobre à 14h en salle Caillemer au 15, quai Claude Bernard.

Voici le résumé : Dans la ville brésilienne, les habitats populaires tels que le cortiço ou la pensão, sont très peu étudiés dans le champ de la géographie, en partie en raison du topo autour de la favela. Cette thèse cherche à combler ce creux dans les travaux scientifiques sur l’habitat, en partant du discours de ses résidents. Le cortiço peut se définir comme un habitat populaire collectif, multifamilial et locatif, dont le développement se fait dans les quartiers anciens, dits « centraux » des villes brésiliennes. Il est une solution de logement antérieure à la favela et occupe toujours une place importante dans le paysage urbain.
Dans cette thèse, nous avons choisi d’étudier la place du cortiço dans trois contextes métropolitains différents : celui de São Paulo, de Salvador de Bahia et de Belém do Pará. Cela nous permet d’aborder la réalité urbaine du cortiço dans sa diversité. De plus, nous adoptons une approche par l’échelle du micro, en entrant dans les cortiços et dans les quartos pour y rencontrer les habitants et y recueillir leurs propos. La place du cortiço – dans la ville et pour ses habitants – nous permet de développer également les problématiques liées au droit à la ville et au maintien d’une fonction résidentielle populaire en centre-ville.

Cette thèse a été réalisée sous la direction de Lise BOURDEAU-LEPAGE et sera soutenue devant le jury composé de :

M. BRET Bernard, Professeur Émérite, Université Lyon 3                        Examinateur

M. CARRIÈRE Jean-Paul, Professeur Émérite, Université de Tours        Examinateur

Mme JAILLET Marie-Christine, Directrice de Recherche CNRS              Rapporteure

Mme SHIMBO ZANIN Lucia, Professeur, Université de São Paulo          Examinatrice

M. THÉRY Hervé, Directeur de Recherche Émérite, CNRS                     Rapporteur