Archives de catégorie : Billets

14ÈME RDV « BIEN-ÊTRE ET NATURE EN VILLE »

Façade est d’une maison géobiolologique (©Fries_2017_619)


Jeudi 21 décembre 2017 14h-16h30 –

Salle 604, 18 rue Chevreul 69007

Titre du séminaire : Biogéographie, fengshui, bien-être. Regard sur les pratiques en l’architecture

Avec : Cécile FRIES-PAIOLA (Ecole Nationale Supérieure d’architecture de Nancy)

Animation : Lise BOURDEAU-LEPAGE (UMR Environnement Ville Société)

  1. Résumé de la présentation

À l’heure où la crise environnementale se fait toujours plus présente, des manières alternatives de penser et de fabriquer l’architecture s’imposent, en France comme ailleurs dans le monde, et traduisent une évolution de la conception de l’ensemble des espaces habités. Désormais, la géobiologie et le fengshui s’imposent aux côtés de la démarche environnementale comme des conceptions de l’habitat environnementalistes. Que peuvent nous dire ces conceptions alternatives de l’habitat de notre manière d’appréhender aujourd’hui la relation de l’environnement à l’humain, qu’elles semblent privilégier au travers d’une quête de santé et de bien-être des habitants ?

Afin de comprendre les apports potentiels de ces différentes conceptions de l’habitat, d’abord, nous explorerons les représentations de la relation de l’environnement à l’humain sur lesquelles elles reposent. Ensuite, nous aborderons la question des différentes relations à la pratique architecturale qu’elles nourrissent, dans la mesure où les géobiologues et experts en fengshui sont aussi bien architectes, que non-architectes. Enfin, nous terminerons par évoquer les apports de ces différentes conceptions, tant vis- à-vis de la compréhension de notre relation contemporaine au monde, que dans les moyens à mettre en œuvre pour participer à sa nécessaire évolution.

Les résultats présentés sont issus d’une recherche doctorale de sociologie, reposant sur une enquête menée auprès de géobiologues, experts en fengshui et architectes de la démarche environnementale, ainsi que sur l’analyse de différents projets architecturaux et ouvrages de référence de chacune des conceptions de l’habitat.

2. Biographie de l’invitée

Maître-Assistant Associé à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy (ENSAN) depuis 2014, dans les champs de la sociologie et de l’urbanisme, Cécile Fries- Paiola est actuellement chercheuse associée au sein du Laboratoire d’Histoire de l’Architecture Contemporaine (LHAC – ENSAN) ainsi qu’au sein du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S – Université de Lorraine).

Suite à une formation initiale en architecture, pour laquelle elle obtient le Diplôme d’État d’Architecte en 2010, Cécile Fries-Paiola s’engage dans un parcours de recherche après un an d’exercice en agence. En 2017, elle soutient une thèse de doctorat en sociologie intitulée « Géobiologie, fengshui et démarche environnementale dans l’habitat : pratiques professionnelles et représentations », sous la co-direction de Jean-Marc Stébé et Thierry Paquot.

Depuis le cycle Master en architecture, Cécile Fries-Paiola s’intéresse aux approches traditionnelles de l’habitat et à leurs apports quant aux manières d’appréhender la relation de l’environnement à l’humain, dans un contexte de crise environnementale. La géobiologie, le fengshui et le vastushastra constituent autant de « signaux faibles » caractéristiques des transformations en cours dans notre rapport à l’architecture, voire à la ville. Plus largement, elle s’intéresse aux représentations en jeu dans les processus de conception et de réception des espaces habités.

13ÈME RDV « BIEN-ÊTRE ET NATURE EN VILLE »

Patrimonialisation d’un bateau de transport de marchandises, Vienne, 2017.

Jeudi 26 octobre 2017

10h-12h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007

Titre du séminaire : La gestion des relations Homme-Nature

Intervention :  Marius Combe (UMR 5600 EVS-IDE)

Animation : Muriel Maillefert (UMR 5600 EVS-CRGA)

1. Résumé de la présentation    

 Sous l’impulsion Millenium Ecosystem Assessment (Évaluation des écosystèmes pour le millénaire), la préservation et la gestion de la biodiversité tend aujourd’hui à prendre un tour de plus en  plus économique. En abordant les questions de biodiversité non plus seulement sous l’angle des causes de sa dégradation, mais également sous l’angle des conséquences sur les activités anthropiques et sur le bien-être humain, ce phénomène d’économisation formalise de nouvelles relations entre la nature et la société. En droit, ce mouvement se traduit par l’apparition de nouveaux objets juridiques (biens et services environnementaux, services éco-systémiques, unités de compensation écologique, etc.), le développement de nouveaux outils comme les dispositifs de paiements pour services environnementaux (PSE), la compensation écologique, les banques de compensation, etc., et des objectifs de protection (services éco-systémiques, fonctions écologiques, etc.). Confronté à ces évolutions, le juriste est nécessairement interpellé sur les arbitrages prompts à satisfaire pour l’avenir l’objectif ambitieux de reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

2. Biographie de l’invité

Marius Combe, est doctorant en Droit de l’Environnement à l’Institut de Droit de l’Environnement (EVS-IDE) de l’Université Jean Moulin – Lyon III. Il réalise une thèse intitulée « Analyse juridique du recours aux instruments économique pour la protection de la biodiversité : étude des mécanismes de compensation écologique et de paiements pour services environnementaux », sous la direction du Professeur Philippe Billet.

3. Résumé du séminaire 

Discours économique appliqué à la biodiversité, quelles transformations dans l’appréhension juridique des relations Homme-Nature ?

Alors que la fonctionnalité écologique des écosystèmes était encore rarement évaluée ou prise en compte par le droit, nous assistons sous l’impulsion de la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages à une large consécration des notions de « services écosystémiques », de « fonctions écologiques » des écosystèmes, de « valeurs d’usage », ou encore de « services environnementaux ».

En accompagnement le législateur vers la prise en compte de considérations non plus seulement patrimoniales ou naturalistes, mais également socio-économiques, l’approche économique semble ainsi transformer la manière dont le droit appréhende les relations Hommes-nature. Alors que les concepts de services et fonctions écologiques demeuraient jusqu’en 2014 encore peu appréhendés par le droit de l’environnement, leur introduction à marche forcée soulève de nombreux enjeux scientifiques en terme de qualification, de régime, et d’encadrement juridiques.

Dans la mesure où la question de l’approche économique appliquée à la biodiversité est largement investie par les naturalistes, les économistes ou encore les philosophes, il est essentiel pour les juristes de donner une résonnance plus importante à leurs travaux sur ces questions.

De la même manière, il importe de renforcer le dialogue entre disciplines, d’une part pour déterminer si l’approche économique constitue bien une solution pour mieux protéger ou prendre en compte la biodiversité, et d’autre part pour faire se rencontrer et confronter des notions appréhendées différemment ou peu appréhendées : « services écologiques », « services écosystémiques », « services rendus », « contrat », « paiement », « bénéfices associés », « capital naturel », « patrimoine naturel », « biens publics », « droits collectifs », etc.

 

 

12ÈME RDV « BIEN-ÊTRE ET NATURE EN VILLE »


Passation des questionnaires BRRISE, Lyon 7, mars 2017

Jeudi 14 septembre 2017

10h-12h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007

Titre du séminaire : Attractivité et bien-être urbain : le cas de Lyon

Interventions :                                                                                                                  Lise Bourdeau-Lepage & Didier Soto (pour le projet BRRISE)
Animation : Pauline Texier (UMR EVS)

  1. Résumé de la présentation

Le bien-être constitue un concept polysémique, pour lequel il n’existe ni de définition consensuelle ni de méthode unique pour l’appréhender. Il s’agit d’une réalité spéculative, variable dans le temps et l’espace et dont le niveau peut être mesuré selon des méthodes objectives et/ou subjectives. Les premières sont établies sur la base de critères dont le calcul est effectué à partir de données statistiques et/ou d’indicateurs, tandis que les secondes font intervenir le ressenti individuel déclaré comme moyen d’évaluation (Nordbakke et Schwanen, 2014). Plus récentes, elles consistent à interroger le degré de satisfaction de vie et à analyser les mécanismes à l’origine de sa variation (Diener et Tay, 2016).

La recherche présentée s’inscrit dans cette conception et l’enrichit par un questionnement géographique, qui intègre les interactions entre l’Homme et son environnement naturel et social comme un élément constitutif de son bien-être (Bailly, 1984). Ces interactions sont théorisées selon le modèle de l’homo geographicus (Sack, 1997 ; Pumain et Racine, 1999) : le territoire constitue le support à partir duquel se construit et se projette la satisfaction d’un bien-être individuel et collectif. Cette recherche est également un des moteurs de l’homo qualitus (Bailly et Bourdeau-Lepage, 2011), par la volonté d’assouvissement de son désir de nature. Ainsi, en plus de vouloir procéder à une mesure subjective du bien-être, cette recherche vise à comprendre de quelle manière le bien-être est influencé par les caractéristiques territoriales locales. Quelles variations de bien-être au sein des villes (entendues ici au sens de l’intercommunalité) ? Quelles sont leurs origines ? Quelles politiques publiques penser pour satisfaire les préférences des individus ? Ces questions de recherche, émergentes dans la littérature académique, sont néanmoins peu traitées aux échelles infra-urbaines (communes, arrondissements, quartiers).

C’est dans cette optique qu’un protocole méthodologique d’enquête a été élaboré pour mesurer le bien-être subjectif des habitants (Projet BE-IN, 2014 ; Bourdeau-Lepage et Carré, 2015) et mobilisé sur deux territoires distincts de Lyon : les 6ème et 7ème arrondissements. Le premier se caractérise par des niveaux élevés de revenus et par une prédominance des classes aisées, tandis que le second se révèle davantage hétérogène d’un point de vue socio-économique.

Les premiers résultats des enquêtes, menées au printemps 2017, révèlent des valeurs plutôt élevées de la satisfaction de vie, avec toutefois une variabilité importante selon la typologie proposée des groupes socio-économiques. Par ailleurs, l’analyse des éléments territoriaux du bien-être déclaré permettent de mettre en évidence le rôle occupé par l’homo qualitus dans les centres urbains : l’aspiration à un environnement sain et sans nuisance est manifeste tandis qu’apparaît également un désir marqué de vivre dans une ville garantissant la sécurité des personnes et des biens. Parallèlement, l’ancrage territorial de l’emploi ne constitue pas une priorité pour le bien-être des habitants, confirmant l’extension marquée de l’aire du marché du travail et la dissociation entre lieux de résidence et lieux d’emploi (FNAU, 2015).

2. Références bibliographiques

 BAILLY, Antoine (1984) Géographie du bien-être. Paris, Economica Anthropos.

BAILLY, Antoine et BOURDEAU-LEPAGE, Lise (2011) Concilier désir de nature et préservation de l’environnement : vers une urbanisation durable en France. Géographie, économie, société, vol. 13, p.27-43.

BE-IN projet (2014) Bien-être et inégalités : rapport de recherche, Université Lyon 3, avec la participation de Bourdeau-Lepage L., Texier P., Paris O., Fichet M. et Carré H.

BOURDEAU-LEPAGE, Lise et TOVAR, Elisabeth (2011) Well-being in the Paris region: widening regional disparities despite overall improvement Métropolitiques. http://www.metropolitiques.eu/Well-being-in-the-Paris-region.html

BOURDEAU-LEPAGE, Lise et CARRÉ, Hugo (2015) Tell me your preferences and I’ll tell you where to live. 62nd Annual North American Meeting of the Regional Science Association (Portland).

DIENER, Ed et TAY, Louis (2016) New frontiers : societal measures of subjective well-being for input to policy in BRUNI et PORTA (ed.) Handbook of Research Methods and Applications in Happiness and quality of life, Cheltenham, Edwar Elgar Publishing Limited, 35-53.

FNAU (2015) Métropolisation et segmentations du territoire in FNAU, 2015, L’expérience métropolitaine lyonnaise, Paris, Gallimard, coll. Alternatives, 58-71.

NORDBAKKE, Susanne et SCHWANEN, Tim (2014) Well-being and Mobility: A Theoretical Framework and Literature Review Focusing on Older People. Mobilities, vol. 9, n°1, p. 104-129.

PUMAIN, Denise et RACINE, Jean-Bernard (1999) L’Homo Geographicus : de l’emprunt à l’empreinte. Revue européenne des sciences sociales, vol. 37, n°113, p. 77-86.

SACK, Robert David (1997) Homo Geographicus: A Framework for Action, Awareness, and Moral Concern. Baltimore, John Hopkins University Press, 304 p.

11ÈME RDV « BIEN-ÊTRE ET NATURE EN VILLE »

Mercredi 24 mai 2017

10h – 12h, en salle 604, 18 rue Chevreul 69007

Interventions : Soline COLLIN  & Véronique DUFOUR                                  de l’association VAD (Ville et Aménagement Durable)

Animation : Christina ASCHAN-LEYGONIE, géographe,                 (UMR EVS 5600)

Titre du séminaire : Environnement, santé et bien-être à l’échelle urbaine et du bâtiment : retour d’expérience du terrain

Présentation du séminaire

Des actions spécifiques sont menées pour l’intégration de la santé-environnement par les différents acteurs de l’acte de bâtir et d’aménager dans une approche transversale et un arbitrage multicritères. Lors de de ce 11ème rendez-vous, après une présentation des enjeux liés à l’intégration de la santé-environnement dans la programmation urbaine, nous échangerons avec les intervenantes sur les retours d’expériences, outils et leviers d’actions concernant les différents déterminants de santé au regard de l’urbanisme : nature en ville (végétal, îlot de chaleur, rôle de l’eau…), ville des proximités et cadre de vie (mobilités actives, reconquête des espaces, services, proximité et espace public…), bien-être et adéquation à l’usage (implication des habitants, appropriation des espaces, usages…), diagnostic (multi-exposition…)

Description de l’association

Ville et Aménagement Durable mobilise et anime un réseau de plus de 2 000 professionnels (dont 260 adhérents) en Auvergne-Rhône-Alpes, sur les enjeux du bâtiment et de l’aménagement durable. Son rôle est d’agir et de penser les territoires de demain par le retour d’expérience (expertise, retour terrain), le débat, la formation et l’information.

 

 

10ÈME RDV « Bien-être et Nature en ville »

Dans le cadre du Colloque ICHT 2017 Imaginaire : Construire et Habiter la Terre – qui aura lieu les 12 et 13 avril 2017 à Lyon – la table-ronde « Ville Douce » est co-organisée par des membres de l’atelier 1 EVS.
Cette session constitue également le 10ème RDV « Bien-être et Nature en ville » le 13 avril de 9h30 à 12h30 en amphithéâtre Doucet Bon au 18 rue Chevreul 69007.

Plus d’informations en suivant le lien du site internet du colloque  https://icht2.sciencesconf.org

Table-ronde 2 animée par Octavie Paris (Université Lyon 3, UMR EVS-CRGA, IMUalpha)

Conférences introductives :
Lise Bourdeau-Lepage (Université  Lyon 3, UMR EVS, LabEx IMU)

« Vers une ville douce, sensible à l’Humain et à l’environnement »

Luc Gwiazdzinski (Institut de Géographie Alpine, UMR Pacte)

« Penser et aménager la vacance, la friche et les rythmes urbains. Les pistes du chrono-urbanisme pour une ville douce »

Contributions de la table-ronde :
Alexandra Maria Aguiar Leister, Vladimir Bartalini, Arthur Cabral, Tatiana Francischini et Catharina Pinheiro Cordeiro, Paula Hori, Antoine Mérot, Didier Soto, Hugo Carré, Lise Bourdeau-Lepage et Pauline Texier, Paula Vicente

La Table-ronde « ville douce » propose d’analyser le vécu et les imaginaires d’une ville aménagée en ménageant, à travers les questions de rythmes urbains, de rapport au bien- être, de relation au paysage, aux ambiances, au vivant…

Merci de nous signaler votre présence afin de faciliter l’organisation logistique du colloque : icht2017@gmail.com

 

9ème RDV « Bien-être et Nature en Ville »

Mardi 21 mars 2017

16h-18h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007 LYON

Titre du séminaire : Ville, périurbain et espace rural, tantôt convoités, tantôt méprisés

Avec : Jean-Marc STEBE, sociologue, Université de Lorraine (Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) – Nancy)

Animation : Lise BOURDEAU-LEPAGE, géographe (UMR 5600 EVS)

Présentation du séminaire :

Lors de ce RDV, Jean-Marc Stébé aura comme principale ambition de montrer comment la ville (l’urbain) d’un côté et la campagne (le rural) de l’autre sont devenus tour à tour objet de désir et de convoitise et objet de dédain et de mise à distance, tantôt adulé, tantôt méprisé.

1. Un engouement pour la ville

Pendant plusieurs siècles, la ville (la ville classique, commerciale ou industrielle) a attiré les populations venant trouver un travail, cherchant à gagner leur vie, ou encore allant « faire fortune ». « Monter à la ville » était considéré comme une promotion, comme une aventure vers de nouveaux horizons radieux, vers des espaces prometteurs économiquement, culturellement et socialement : on avait envie de quitter son village, village vécu comme hors de la culture légitime et éloigné du progrès ; on souhaitait s’éloigner de sa terre, terre considérée comme difficile à cultiver ; on voulait rompre avec ses racines villageoises, racines vécues comme pesantes. C’est ainsi que jusqu’au début des années 1960, la ville a été associée à un espace aux nombreuses qualités et traversée par des mythes positifs : « l’air de la ville rend libre », « seule la ville permet de s’accomplir », « la ville, c’est la liberté », « la ville, c’est le lieu des plaisirs »…

2. Renversement idéologique : le rural retrouve ses heures de gloire

Dans les années 1970, on assiste à un renversement idéologique. À la faveur de la « crise urbaine » et de la montée en puissance des idées néo-ruralistes, campagne et paysannerie sont réhabilitées. La grille d’analyse des rapports ville-campagne renouvelle les termes d’une contradiction déjà bien connue ; d’une part, les valeurs positives du « retour à la nature » incarnées par l’espace rural sont construites dans l’opposition à une ville oppressante et polluée où il ne fait pas « bon vivre » ; d’autre part, la relation entre urbain et rural s’énonce en termes inégalitaires, d’un espace rural convoité et dominé par la ville et les urbains.

Les années 1980 voient le rural consacré à double titre : à la fois à travers la notion de nature objectivée dans la montée des problèmes d’environnement et dans ses capacités d’organisation locale permettant une alternative à la crise du modèle de développement fordiste. Le processus de diffusion s’inverse, les expérimentations de développement local menées initialement dans les espaces ruraux fragilisés sont exportées dans les quartiers urbains sensibles. Ces deux tendances s’exacerbent dans les quinze années suivantes, dans un contexte d’accentuation et de généralisation de la crise – on parle autant, si ce n’est plus, de « crise urbaine » que de « crise rurale » –, d’irruption de la mondialisation et de paroxysme des enjeux environnementaux. Rural et urbain se construisent dans un rapport ambivalent et controversé, conduisant à un brouillage de l’identification et du rural et de l’urbain. La figure d’un espace rural désertifié face à la généralisation de l’urbanisation, largement relayée par les médias et les acteurs politiques, cohabite avec une figure idéalisée d’un espace rural refuge des maux urbains, lieu de la proximité et faire-valoir de la construction de nouveaux rapports sociaux. On est passé de l’urbanisation des campagnes à « l’urbanité rurale » pour désigner l’émergence d’une nouvelle catégorie de territoires ruraux.

3. L’expansion de la ville : attirance pour les espaces périurbains proche et éloigné

La caractéristique majeure de la ville contemporaine réside dans son expansion au-delà de ses frontières historiques. Dès lors, la symbolique de la ville-centre a été mise en péril étant donné que la ville compacte et dense s’est trouvée menacée par le phénomène de périurbanisation. Celui-ci se caractérise par la prolifération d’un tissu urbain s’éloignant toujours plus du centre- ville (voies de communication routières, zones commerciales et industrielles, lotissements pavillonnaires…).

L’engouement pour le périurbain s’est accentué à partir de la fin des années 1960 sous la poussée de l’élévation générale du niveau de vie et de la diffusion massive de l’automobile. L’un des ressorts de la périurbanisation est certainement à rechercher du côté des classes moyennes, et plus précisément dans leur volonté d’accéder à la propriété d’un pavillon individuel. L’attirance pour la maison réside également dans les représentations positives que véhiculent les habitants à l’égard de la propriété : valorisant celle-ci, ils aspirent en effet à ne pas être enfermés physiquement dans un immeuble collectif avec des « voisins encombrants de tous les côtés » et assujettis juridiquement par un règlement de copropriété. En outre, la maison individuelle située dans le périurbain voit son pouvoir d’attraction renforcé du fait de sa proximité avec la nature et du bien-être qu’elle est censée procurer : les paysages champêtres et agricoles procurant aux résidents un repos visuel, auditif, mais également psychologique. Néanmoins, il est nécessaire de préciser que le rapport qu’entretiennent les périurbains au monde rural et à la nature est relativement ambivalent: si les habitants des quartiers pavillonnaires se disent volontiers campagnards, il reste qu’ils sont aussi et surtout des urbains. Autrement dit, l’habitant du périurbain ne fuit pas forcément la ville, il veut les avantages, et de la ville, et de la campagne.

4. Des hybridations entre l’urbain et le rural

Il existe immanquablement des relations entre le monde urbain et l’univers rural, et pour être plus précis, nous sommes face à deux territoires qui ne sont pas étanches, bien au contraire, on repère des transferts de l’un vers l’autre.
Tout d’abord, on distingue des transferts de l’urbain vers le rural : par exemple, une nouvelle façon d’appréhender le temps ; autrement dit un temps qui s’affranchit des contraintes de la nature et des rythmes des saisons. Des références spatiales qui s’effacent au profit des références temporelles au point de nier l’importance de l’identité locale, des lieux chargés d’histoire. Ou encore une perception du monde plus globale (Internet, médias…) avec entre autres une gestion de la nature grâce à Internet (vente des produits de la ferme, suivi du cours de la bourse pour les céréales…).

Puis, on relève des transferts du rural vers l’urbain : comme par exemple une perception de la nature plus authentique, plus « naturelle » ; ou encore le développement d’un empirisme quotidien et concret avec davantage d’épaisseur sensorielle et d’engagement dans le rural.

C’est ainsi que le périurbain incarne un espace de dialectisation de l’urbain et du rural : on peut ainsi parler d’urbanisation du rural et de ruralisation de l’urbain. Si des hybridations se développent entre le rural et l’urbain, il n’en reste pas moins que des oppositions fortes existent entre ces deux mondes.

5. « Retour en ville » : la ville, de nouveau objet de convoitise

Quelques sociologues et géographes urbains (C. Bidou-Zachariasen, 2003 ; Christophe Guilluy et Christophe Noyé, 2006) ont repéré que depuis une trentaine d’années se produit dans de nombreuses villes françaises, européennes et du monde un retour des classes moyennes vers les quartiers anciens des centres-villes à fort valeur patrimoniale ou vers les villes-centres des grandes aires urbaines.

Ce phénomène, que les chercheurs appellent depuis les travaux de la sociologue marxiste Ruth Glass en 1964 « gentrification ».
Ce n’est que dans les années 1970-1980 que la notion est reprise par des chercheurs anglais et nord-américains, principalement géographes, qui théorisent la notion de gentrification. Celle-ci est reconnue comme une « bifurcation » dans l’évolution sociale des quartiers centraux dégradés des grandes villes, à rebours des modèles d’écologie urbaine de l’Ecole de Chicago. On parle alors de « retour au centre », de « retour en ville » des classes aisées et moyennes supérieures, même s’il s’agit plutôt d’un non départ en banlieue que d’un véritable retour en ville.

Les « gentrifieurs » – plus communément dénommés les « Bobos » ou les « Hipsters » – investissent les centres-villes anciens dans l’espoir de changer la ville et de créer un nouveau cadre de vie agréable – une ville soutenable – avec des espaces de travail ou de vie partagés (co- working, fab labs, habitat groupé…), des moyens de déplacement moins polluants, des lieux d’échange et de convivialité et avec des circuits de distribution courts (AMAP…).

 

Bibliographie

2016, avec J. Damon et H. Marchal, « Les sociologues et le périurbain : découverte tardive, caractérisations mouvantes, controverses nourries »,Revue française de sociologie (vol. 57, n° 44, 619-639).                                                                                                                            2016, Le logement social en France, Paris : PUF (7e édition).
2016, avec H. Marchal et M. Bertier, Les idées reçues sur le logement social, Paris : Le CavalierBleu.
2014, avec H. Marchal, Les grandes questions sur la ville et l’urbain, Paris : PUF. 2011, Qu’est-ce qu’une utopie ? Paris : Vrin.
2010, La crise des banlieues, Paris : PUF (4e édition).
2010, avec H. Marchal, Sociologie urbaine, Paris ; A. Colin.
2010, avec H. Marchal, La ville au risque du ghetto, Paris : Lavoisier.
2009, avec H. Marchal, Traité sur la ville, Paris : PUF.

8ème RDV « Bien-être & Nature en ville »

Mercredi 1 mars 2017

13h30-15h30 en salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 LYON

Titre du séminaire : Bien manger ou manger juste

Avec : Camille BILLION, doctorante en géographie, Université Clermont-Ferrand 2, UMR METAFORT AgroParisTech Clermont Ferrand

Claire DELFOSSE, Professeure de géographie, Université Lumière Lyon2, Laboratoire d’Etudes Rurales

Animation : Lisa ROLLAND, géographe (UMR 5600 EVS)

Présentation du séminaire :

L’alimentation devient une question publique et implique un enchevêtrement complexe de niveaux d’action et d’acteurs. Le séminaire veut contribuer aux réflexions nouvelles sur les liens entre alimentation, territoires, santé et bien-être (Cf. colloque de la Chaire UNESCO Alimentations du monde, 2016).

Ce 8ème RDV de l’Atelier 1 de l’UMR5600 EVS est organisé en deux temps : Camille Billion interviendra sur la participation des acteurs de la distribution dans le cadre de différents projets portant des systèmes alimentaires durables; Claire Delfosse s’intéressera aux liens entre ville et alimentation dite de qualité.

Camille Billion : «Acteurs de la distribution et gouvernance alimentaire territoriale – Réflexions à partir de cas français »
Cette présentation vise à rendre compte des évolutions récentes constatées en matière de gouvernance alimentaire territoriale (GAT) en France, en analysant en particulier le rôle des distributeurs (au sens large : grande distribution alimentaire, artisans- commerçants, grossistes, etc.) au sein de ces processus. Pour cela, nous nous fondons sur l’analyse de trois démarches territoriales centrées sur les enjeux alimentaires, identifiées en France (à Lyon, Nantes et Figeac). Leurs caractéristiques seront présentées dans un premier temps, avant d’aborder plus spécifiquement le rôle que les acteurs de la distribution ont pu jouer dans ces dynamiques, et la place qui leur a été faite. Nous nous attachons en particulier à montrer en quoi les démarches analysées et le traitement de la question des distributeurs, sont révélateurs des projets alternatifs sous-jacents aux démarches.

Claire Delfosse: «De la valorisation de la qualité des produits à celle de l’alimentation. Quels enjeux pour les territoires ? »

Ces dernières années nous sommes passés d’une valorisation de la qualité des produits issus pour l’essentiel de campagnes rêvées à celle des produits proches des villes. Dans le même temps on assiste à une extension de la préoccupation de la qualité des produits à celle des régimes alimentaires ; une évolution qui réactive de tensions entre qualité sanitaire et valorisation culturelle de la gastronomie. Ces différentes évolutions permettent d’interroger les politiques territoriales en faveur de la qualité alimentaire et à travers celles-ci les rapports ville-campagne, les concepts de « terroir », « ruralité », « urbanité ».

 

Bibliographie

Camille Billion

2016, avec V. Baritaux, S. Lardon, S. Loudiyi, « Les acteurs de la distribution. Quel rôle dans la gouvernance alimentaire territoriale ? » In : Mundler, P., Rouchier, J. (coord.) (Eds), Alimentation et proximités. Jeux d’acteurs et territoires, Dijon : Educagri Editions pp. 345-363.

2016, avec V. Baritaux, « Les intermédiaires de la distribution dans la relocalisation des systèmes alimentaires : perspectives de recherche », 11e Congrès du RIODD, 6-8 juillet 2016, Saint-Étienne, France.

Claire Delfosse

2017, « Les crémiers-fromagers. Entre commerce de proximité et gastronomie », Ethnologie française, n°165, pp. 99-110.
2012, « Nouveaux marchés, nouvelles gouvernances », In : A.H Prigent-Simonin, C. Hérault-Fournier (dir.), Au plus près de l’assiette, Paris : Quae, pp. 187-198.

2011 (dir.), Le terroir dans tous ses états, Paris : Ed. La Boutique de l’Histoire. 2009 (dir.), « Agricultures, durabilité et territoire », Géocarrefour, vol. 83, n°3.