Archives de catégorie : Billets

Un livre sorti : « Éduquer à l’environnement par l’approche sensible »

d’Edith Planche, aux Editions Chronique sociale, 2018.

Comment restaurer le lien entre l’Homme et la nature ? Comment éduquer à l’environnement sans culpabiliser le citoyen ? 
Comment mettre en œuvre des changements durables dans les mentalités et les actes, pour intégrer de façon « naturelle » et sensible, le respect de notre planète ?

Cet ouvrage apporte les éléments tant de réflexion que les réponses créatives à mettre en œuvre sur un territoire. Ce livre va vous permettre de réenchanter le monde, de retisser des liens avec l’environnement par l’art et l’ethnologie, à travers des ateliers concrets.


Un livre sorti intitulé « Nature en ville : Désirs & Controverses »

de Bourdeau-Lepage Lise aux éditions La Librairie des Territoires, décembre 2017

© Photo Guillaume Voiseau 2017

Résumé : Peut-on vraiment marier la nature et la ville ? Quels sont les désirs de nature des citadins ? Qu’expriment-ils ? Comment les citadins se représentent-ils la nature ? Quels sont les bienfaits de la nature en ville ? Aménager l’urbain en prenant en compte la nature est-ce vraiment possible ? Qu’est-ce que cela change en termes de pratiques ? Quels sont les risques de la réintroduction de la nature en ville ? De telles questions, au centre des préoccupations des chercheurs et des acteurs locaux, engendrent des controverses que ce livre tente d’éclairer. Dans cette optique, il explore les raisons du désir de nature des citadins et en montre la diversité. Il fait une large place aux pratiques et aux usages de nature en ville tout en s’interrogeant sur leur pertinence et leurs sources. Il met également en débat la question de la nature en ville. Il révèle sa face cachée, l’instrumentalisation de la nature en ville à des fins de politiques publiques. Il met en évidence les changements que la réintroduction de la nature en ville impose en matière d’aménagement urbain. Il souligne quelques débats philosophiques, sociaux, économiques… que cela génère.

Disponible sur : https://www.leslibraires.fr/livre/13481113-nature-en-ville-desirs-et-controverses-bourdeau-lepage-lise-des-territoires


19e RDV « Bien-être, Santé & Nature en ville »

Mardi 4 décembre 2018 de 13h à 15h – salle 604

Une végétation parsemée sur le territoire de la Métropole de Lyon
Le jardin des curiosités, St Just, août 2018, Maxime

Intervention :      Arnaud Bellec, Docteur et chercheur à l’UMR EVS Animatrice :         Lise Bourdeau-Lepage, UMR EVS

L’armature verte urbaine rassemble tous les éléments de végétation contribuant à répondre aux défis majeurs associés à l’Anthropocène, comme l’adaptation au changement climatique, la préservation de la biodiversité, l’infiltration des eaux pluviales ou l’amélioration de la santé des populations. La cartographie précise des espaces végétalisés urbains fait aujourd’hui défaut bien que les données spatiales issues de capteurs aéroportés soient disponibles depuis de nombreuses années. De ce fait, il est aujourd’hui difficile d’évaluer la fonctionnalité des armatures vertes.

Pour répondre à ce besoin d’évaluation, le territoire de la Métropole de Lyon à un mètre de résolution spatiale a été cartographié entre 1984 et 2015, en utilisant une procédure orientée objet. Ces cartographies ont été ensuite mises à disposition sur une plateforme web dédiée.

Il ressort de ce travail que les surfaces végétalisées de la Métropole sont comparables à celles d’autres agglomérations de même rang. Cependant l’accès de la population à cette végétation est très inégalement réparti. Ainsi, seuls 11 % des habitants disposent d’un espace vert de plus de 2 hectares à moins de 5 minutes de chez eux. Souvent sous-estimés dans les politiques urbaines, les jardins des particuliers représentent deux fois la surface des espaces verts publics, et devraient faire l’objet des mêmes questionnements, quant à leur valeur pour la mitigation climatique ou pour la biodiversité.

L’évaluation de l’armature urbaine ne s’arrête pas à sa cartographie, mais doit conduire à l’exploration de sa perception à différentes échelles spatiales, pour différents acteurs (habitants, professionnels et autres organismes vivants) et selon plusieurs mesures de bien-être physique, mental et culturel.

Soutenance de thèse d’Octavie PARIS

L’atelier 1 a le plaisir de vous annoncer la soutenance de la thèse d’Octavie Paris intitulée Habiter un logement populaire locatif dans le centre-ville : la place des cortiços à São Paulo, Salvador et Belém.

Elle aura lieu le 25 octobre à 14h en salle Caillemer au 15, quai Claude Bernard.

Voici le résumé : Dans la ville brésilienne, les habitats populaires tels que le cortiço ou la pensão, sont très peu étudiés dans le champ de la géographie, en partie en raison du topo autour de la favela. Cette thèse cherche à combler ce creux dans les travaux scientifiques sur l’habitat, en partant du discours de ses résidents. Le cortiço peut se définir comme un habitat populaire collectif, multifamilial et locatif, dont le développement se fait dans les quartiers anciens, dits « centraux » des villes brésiliennes. Il est une solution de logement antérieure à la favela et occupe toujours une place importante dans le paysage urbain.
Dans cette thèse, nous avons choisi d’étudier la place du cortiço dans trois contextes métropolitains différents : celui de São Paulo, de Salvador de Bahia et de Belém do Pará. Cela nous permet d’aborder la réalité urbaine du cortiço dans sa diversité. De plus, nous adoptons une approche par l’échelle du micro, en entrant dans les cortiços et dans les quartos pour y rencontrer les habitants et y recueillir leurs propos. La place du cortiço – dans la ville et pour ses habitants – nous permet de développer également les problématiques liées au droit à la ville et au maintien d’une fonction résidentielle populaire en centre-ville.

Cette thèse a été réalisée sous la direction de Lise BOURDEAU-LEPAGE et sera soutenue devant le jury composé de :

M. BRET Bernard, Professeur Émérite, Université Lyon 3                        Examinateur

M. CARRIÈRE Jean-Paul, Professeur Émérite, Université de Tours        Examinateur

Mme JAILLET Marie-Christine, Directrice de Recherche CNRS              Rapporteure

Mme SHIMBO ZANIN Lucia, Professeur, Université de São Paulo          Examinatrice

M. THÉRY Hervé, Directeur de Recherche Émérite, CNRS                     Rapporteur

AGENDA des RDVs BE, SANTE & Nature en Ville 2nd semestre 2017-18

7 Février 2018 14h-17h :  15ème RDV BE&Nature autour du thème « Le bien-être comme levier de résilience face au phénomène migratoire : quelle marge d’action possible aujourd’hui ?»

Animatrice : Pauline Texier UMR EVS 

Venues et interventions : Shoshana Fine, Docteur associé à Science Po Paris, CERI (Docteur en science politique) et Valérie Léon, URD

***

15 Février 2018 14h00-16h30 : 16ème RDV BE&Nature autour du thème « Vers un diagnostic de territoire sensible »                               Animatrice : Nina Cossais

Venues et interventions :

Laurence Roux-Moschetto, Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie, Direction Maîtrise d’ouvrage urbaine, Ressources techniques,

Béatrice Couturier, Chargée de mission aménagement durable    

Lise Bourdeau-Lepage et Didier Soto, UMR EVS

***

15 mars 2018 14h-17h :  17ème RDV BE&Nature autour du thème « Le bien-être au féminin »                                                                     Animatrices : Lise Bourdeau-Lepage et Nadine Roudil

Venue et intervention : Sabine Morlat-Chavanne, association Odette & Co

***

17 Mai 14h-16h30 :  18ème RDV BE&Nature autour du thème « Être jeune et happy aux marges de l’Île-de-France »

Intervention :  Catherine Didier-Fèvre

***

24 Mai 14h-16h30 : 19ème RDV BE&Nature autour du thème « Informer le public sur la pollution atmosphérique : quelle place de la connaissance dans les mécanismes de représentation ? » 

Animatrice : Christina  Aschan 

 Venues et interventions : Lou Hermann, UMR EVS et Christina Aschan UMR EVS

12ÈME RDV « BIEN-ÊTRE, SANTE ET NATURE EN VILLE »


Passation des questionnaires BRRISE, Lyon 7, mars 2017

Jeudi 14 septembre 2017

10h-12h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007

Titre du séminaire : Attractivité et bien-être urbain : le cas de Lyon

Interventions :                                                                                                                  Lise Bourdeau-Lepage & Didier Soto (pour le projet BRRISE)
Animation : Pauline Texier (UMR EVS)

  1. Résumé de la présentation

Le bien-être constitue un concept polysémique, pour lequel il n’existe ni de définition consensuelle ni de méthode unique pour l’appréhender. Il s’agit d’une réalité spéculative, variable dans le temps et l’espace et dont le niveau peut être mesuré selon des méthodes objectives et/ou subjectives. Les premières sont établies sur la base de critères dont le calcul est effectué à partir de données statistiques et/ou d’indicateurs, tandis que les secondes font intervenir le ressenti individuel déclaré comme moyen d’évaluation (Nordbakke et Schwanen, 2014). Plus récentes, elles consistent à interroger le degré de satisfaction de vie et à analyser les mécanismes à l’origine de sa variation (Diener et Tay, 2016).

La recherche présentée s’inscrit dans cette conception et l’enrichit par un questionnement géographique, qui intègre les interactions entre l’Homme et son environnement naturel et social comme un élément constitutif de son bien-être (Bailly, 1984). Ces interactions sont théorisées selon le modèle de l’homo geographicus (Sack, 1997 ; Pumain et Racine, 1999) : le territoire constitue le support à partir duquel se construit et se projette la satisfaction d’un bien-être individuel et collectif. Cette recherche est également un des moteurs de l’homo qualitus (Bailly et Bourdeau-Lepage, 2011), par la volonté d’assouvissement de son désir de nature. Ainsi, en plus de vouloir procéder à une mesure subjective du bien-être, cette recherche vise à comprendre de quelle manière le bien-être est influencé par les caractéristiques territoriales locales. Quelles variations de bien-être au sein des villes (entendues ici au sens de l’intercommunalité) ? Quelles sont leurs origines ? Quelles politiques publiques penser pour satisfaire les préférences des individus ? Ces questions de recherche, émergentes dans la littérature académique, sont néanmoins peu traitées aux échelles infra-urbaines (communes, arrondissements, quartiers).

C’est dans cette optique qu’un protocole méthodologique d’enquête a été élaboré pour mesurer le bien-être subjectif des habitants (Projet BE-IN, 2014 ; Bourdeau-Lepage et Carré, 2015) et mobilisé sur deux territoires distincts de Lyon : les 6ème et 7ème arrondissements. Le premier se caractérise par des niveaux élevés de revenus et par une prédominance des classes aisées, tandis que le second se révèle davantage hétérogène d’un point de vue socio-économique.

Les premiers résultats des enquêtes, menées au printemps 2017, révèlent des valeurs plutôt élevées de la satisfaction de vie, avec toutefois une variabilité importante selon la typologie proposée des groupes socio-économiques. Par ailleurs, l’analyse des éléments territoriaux du bien-être déclaré permettent de mettre en évidence le rôle occupé par l’homo qualitus dans les centres urbains : l’aspiration à un environnement sain et sans nuisance est manifeste tandis qu’apparaît également un désir marqué de vivre dans une ville garantissant la sécurité des personnes et des biens. Parallèlement, l’ancrage territorial de l’emploi ne constitue pas une priorité pour le bien-être des habitants, confirmant l’extension marquée de l’aire du marché du travail et la dissociation entre lieux de résidence et lieux d’emploi (FNAU, 2015).

2. Références bibliographiques

 BAILLY, Antoine (1984) Géographie du bien-être. Paris, Economica Anthropos.

BAILLY, Antoine et BOURDEAU-LEPAGE, Lise (2011) Concilier désir de nature et préservation de l’environnement : vers une urbanisation durable en France. Géographie, économie, société, vol. 13, p.27-43.

BE-IN projet (2014) Bien-être et inégalités : rapport de recherche, Université Lyon 3, avec la participation de Bourdeau-Lepage L., Texier P., Paris O., Fichet M. et Carré H.

BOURDEAU-LEPAGE, Lise et TOVAR, Elisabeth (2011) Well-being in the Paris region: widening regional disparities despite overall improvement Métropolitiques. http://www.metropolitiques.eu/Well-being-in-the-Paris-region.html

BOURDEAU-LEPAGE, Lise et CARRÉ, Hugo (2015) Tell me your preferences and I’ll tell you where to live. 62nd Annual North American Meeting of the Regional Science Association (Portland).

DIENER, Ed et TAY, Louis (2016) New frontiers : societal measures of subjective well-being for input to policy in BRUNI et PORTA (ed.) Handbook of Research Methods and Applications in Happiness and quality of life, Cheltenham, Edwar Elgar Publishing Limited, 35-53.

FNAU (2015) Métropolisation et segmentations du territoire in FNAU, 2015, L’expérience métropolitaine lyonnaise, Paris, Gallimard, coll. Alternatives, 58-71.

NORDBAKKE, Susanne et SCHWANEN, Tim (2014) Well-being and Mobility: A Theoretical Framework and Literature Review Focusing on Older People. Mobilities, vol. 9, n°1, p. 104-129.

PUMAIN, Denise et RACINE, Jean-Bernard (1999) L’Homo Geographicus : de l’emprunt à l’empreinte. Revue européenne des sciences sociales, vol. 37, n°113, p. 77-86.

SACK, Robert David (1997) Homo Geographicus: A Framework for Action, Awareness, and Moral Concern. Baltimore, John Hopkins University Press, 304 p.