Tous les articles par lblepage

« 21e RDV « Bien-être, Santé & Nature en ville » »

Le 8 octobre 2019 de  13h30 – 15h30  en salle 604 18 Rue Chevreul

Le problème public de la biodiversité et ses relations à l’agriculture histoire longue et médiatisations nationale et régionale entre 1999 et 2017

Vue sur la plaine du Forez qui malgré ses enjeux agricoles et naturels n’apparait pas dans la presse régionale. © Julie Delclaux – ISARA-LYON

Interventions : Julie Delclaux, Doctorante, & Philippe Fleury, Enseignant-chercheur, ISARA-LYON

Animatrice : Lise Bourdeau-Lepage, Professeur, UMR EVS

La conservation de la biodiversité est un problème public dont les contours se dessinent par la confrontation d’acteurs au sein d’arènes publiques parmi lesquelles les médias jouent un rôle important. Porter attention aux différentes modalités de médiatisation des relations entre la biodiversité et l’agriculture permet d’apporter un regard nouveau sur les transformations des relations homme-nature. À travers l’étude d’un journal régional français (Le Progrès) entre 1999 et 2017, nous confirmons qu’agriculture et biodiversité forment un problème public majeur. Le nombre important d’articles régionaux depuis 2003 montre que la globalisation du problème de la biodiversité s’accompagne également d’un traitement local. La presse régionale trace les contours d’une image positive de l’agriculture en synergie avec une biodiversité auxiliaire ou domestique. De plus, la dimension spatiale de cette relation est devenue incontournable. L’exposition médiatique repose sur des repères territoriaux partagés tels que les parcs nationaux, les Schéma de Cohérence Territoriale ou les métropoles.

Colloque “Bien-être et normes environnementales”

Lyon, 17 et 18 octobre 2019 – Amphithéâtre de la MILC (35 rue Raulin – Lyon 7e) – participation de l’Atelier 1 EVS Programme en suivant le lien : https://facdedroit.univ-lyon3.fr/colloque-bien-etre-et-normes-environnementales?id_agendaevenement=705233

Proposition scientifique : Le bien-être est une notion floue, éminemment subjective, qui décrit de manière générale un « état agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit » (Dictionnaire Larousse). Pour autant, elle a intégré la sphère juridique au plus haut niveau, le Traité sur l’Union européenne fixant à cette dernière le but « de promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples » (art. 3.1). Dans le champ plus spécifique des normes environnementales, le bien-être est apparu par la reconnaissance du droit à un environnement sain. La Déclaration de Stockholm de 1972 proclame dans son article 1er que l’être humain a « un droit fondamental à la liberté, à l’égalité et à des conditions de vie satisfaisantes, dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien-être ». Dès son arrêt Lopez Ostra de 1994, la Cour européenne des droits de l’homme relie la protection de l’environnement au bien-être de la personne. En droit français, la Charte de l’environnement reconnait à chacun « le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé », mais ne se réfère pas au bien-être. Son préambule souligne néanmoins que « la diversité biologique, l’épanouissement de la personne et le progrès des sociétés humaines sont affectés par certains modes de consommation ou de production et par l’exploitation excessive des ressources naturelles ». Les atteintes à l’environnement affectent donc le bien-être humain : le 7e programme d’action pour l’environnement de l’Union européenne retient, parmi ses objectifs prioritaires, de « protéger les citoyens de l’Union contre les pressions et les risques pour la santé et le bien-être liés à l’environnement » (art. 2, 1°, c). Ce bien-être est d’ailleurs désormais intégré au développement durable, comme en atteste la Déclaration de Rio + 20 : « les objectifs du développement durable ne peuvent être réalisés qu’en l’absence d’une forte prévalence des maladies transmissibles ou non transmissibles […] et lorsque les populations peuvent atteindre un état de bien-être physique, mental et social » (§ 138). L’article L. 110-1 du Code de l’environnement le confirme, incluant « l’épanouissement de tous les êtres humains » parmi les engagements pour un développement durable, aux côtés de la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations, la transition vers une économie circulaire. Le bien-être humain et celui de l’environnement ainsi liés se nourrissent réciproquement. Partant de ce constat d’une émergence du bien-être dans les normes environnementales, la proposition scientifique de ce colloque est d’explorer plus avant ce processus et l’évolution qui pourrait en résulter dans les relations entre droit et environnement.

brainstorming Déjeunatoire autour de la construction d’un fablab

Le 11 juin 2019, de  11h00 – 14h00  en salle 307 au 18 Rue Chevreul, 69007 Lyon

L’objectif est d’améliorer la vie des chercheuses et chercheurs, un projet de tiers lieux qui leur est destiné est en train de se mettre en place dans toute la France.

L’idée est de créer un tiers lieux qui proposerait des services tels qu’un FabLab, des logements, des espaces de co-working, des événements de médiation des sciences et des cultures européennes… Il s’agit de créer de la mixité, des rencontres, de l’entraide, de faire naître des collaborations et de nouveaux projets à l’échelle locale, nationale, européenne ou internationale.

Ce type de lieux peut aider pour la socialisation des doctorant.e.s et docteur.e.s, notamment les doctorant.e.s et docteur.e.s en échanges européens et internationaux.

 L’objectif est donc de créer un tel lieu à Lyon en complément des institutions déjà existantes.

 Camille Morel, membre de l’atelier 1, fait partie des personnes qui travaillent à la mise en place de ce projet et organise un RDV pour identifier au mieux les besoins/idées des doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s pour co-construire ce lieu.

Avec ses collègues, elle présentera un bon nombre d’idées concernant les services qui  pourraient être proposés. Toutefois, par cet RDV, ils souhaitent évaluer la pertinence de ces dernières et en trouver de nouvelles peut-être plus adaptées à nos besoins et envies.

Camille Morel, chercheure associée au laboratoire Environnement, Ville, Société à Lyon

Dr Sebastien Poulain, chercheur associé au laboratoire Mica, Université Bordeaux Montaigne

Sandrine Tobie, entrepreneuse du bien-vivre, Crois/Sens

20e RDV « Bien-être, Santé & Nature en ville »

Jeudi 31 janvier 2019 de 14h à 16h – salle Rotonde

Intervenant : Jean-Pierre Husson, Professeur émérite Université de Lorraine

 Animatrice : Lise Bourdeau-Lepage, UMR EVS

Présentation : Dans les formes de villes douces, vertes, amènes et traversées par des trames vertes et bleues, le potager est un bel objet de respiration, de mise en scène et encore une riche auberge de biodiversité. Cultivé du dedans, perçu du dehors, il mérite d’abord d’être approché dans la variété de ses constituants : haies, arbres, jachère, planches de légumes, cabane, etc., et dans la diversité de ses situations : prolongement de la maison, jardin dit ouvrier, partagé, de pied d’immeuble, micros-jardins en pot. Après ces prolégomènes, j’envisagerai de formuler trois questions à son sujet. Porté par un soutien affectif, le potager accompagne nos envies de naturalité, de résilience et de ville fertile. Il est devenu terrain d’expériences de nouvelles pratiques, voire de controverses. Enfin, il faut s’interroger sur son inscription dans un cercle vertueux et nourricier servant la reconnaissance des saisons, des fleurs, fruits et légumes élevés dans des mélanges mellifères.

Un livre sorti : “Éduquer à l’environnement par l’approche sensible”

d’Edith Planche, aux Editions Chronique sociale, 2018.

Comment restaurer le lien entre l’Homme et la nature ? Comment éduquer à l’environnement sans culpabiliser le citoyen ? 
Comment mettre en œuvre des changements durables dans les mentalités et les actes, pour intégrer de façon « naturelle » et sensible, le respect de notre planète ?

Cet ouvrage apporte les éléments tant de réflexion que les réponses créatives à mettre en œuvre sur un territoire. Ce livre va vous permettre de réenchanter le monde, de retisser des liens avec l’environnement par l’art et l’ethnologie, à travers des ateliers concrets.

Disponible sur le site : http://www.chroniquesociale.com


Un livre sorti intitulé “Nature en ville : Désirs & Controverses”

de Bourdeau-Lepage Lise aux éditions La Librairie des Territoires, décembre 2017

© Photo Guillaume Voiseau 2017

Résumé : Peut-on vraiment marier la nature et la ville ? Quels sont les désirs de nature des citadins ? Qu’expriment-ils ? Comment les citadins se représentent-ils la nature ? Quels sont les bienfaits de la nature en ville ? Aménager l’urbain en prenant en compte la nature est-ce vraiment possible ? Qu’est-ce que cela change en termes de pratiques ? Quels sont les risques de la réintroduction de la nature en ville ? De telles questions, au centre des préoccupations des chercheurs et des acteurs locaux, engendrent des controverses que ce livre tente d’éclairer. Dans cette optique, il explore les raisons du désir de nature des citadins et en montre la diversité. Il fait une large place aux pratiques et aux usages de nature en ville tout en s’interrogeant sur leur pertinence et leurs sources. Il met également en débat la question de la nature en ville. Il révèle sa face cachée, l’instrumentalisation de la nature en ville à des fins de politiques publiques. Il met en évidence les changements que la réintroduction de la nature en ville impose en matière d’aménagement urbain. Il souligne quelques débats philosophiques, sociaux, économiques… que cela génère.

Disponible sur : https://www.leslibraires.fr/livre/13481113-nature-en-ville-desirs-et-controverses-bourdeau-lepage-lise-des-territoires


19e RDV « Bien-être, Santé & Nature en ville »

Mardi 4 décembre 2018 de 13h à 15h – salle 604

Une végétation parsemée sur le territoire de la Métropole de Lyon
Le jardin des curiosités, St Just, août 2018, Maxime

Intervention :      Arnaud Bellec, Docteur et chercheur à l’UMR EVS Animatrice :         Lise Bourdeau-Lepage, UMR EVS

L’armature verte urbaine rassemble tous les éléments de végétation contribuant à répondre aux défis majeurs associés à l’Anthropocène, comme l’adaptation au changement climatique, la préservation de la biodiversité, l’infiltration des eaux pluviales ou l’amélioration de la santé des populations. La cartographie précise des espaces végétalisés urbains fait aujourd’hui défaut bien que les données spatiales issues de capteurs aéroportés soient disponibles depuis de nombreuses années. De ce fait, il est aujourd’hui difficile d’évaluer la fonctionnalité des armatures vertes.

Pour répondre à ce besoin d’évaluation, le territoire de la Métropole de Lyon à un mètre de résolution spatiale a été cartographié entre 1984 et 2015, en utilisant une procédure orientée objet. Ces cartographies ont été ensuite mises à disposition sur une plateforme web dédiée.

Il ressort de ce travail que les surfaces végétalisées de la Métropole sont comparables à celles d’autres agglomérations de même rang. Cependant l’accès de la population à cette végétation est très inégalement réparti. Ainsi, seuls 11 % des habitants disposent d’un espace vert de plus de 2 hectares à moins de 5 minutes de chez eux. Souvent sous-estimés dans les politiques urbaines, les jardins des particuliers représentent deux fois la surface des espaces verts publics, et devraient faire l’objet des mêmes questionnements, quant à leur valeur pour la mitigation climatique ou pour la biodiversité.

L’évaluation de l’armature urbaine ne s’arrête pas à sa cartographie, mais doit conduire à l’exploration de sa perception à différentes échelles spatiales, pour différents acteurs (habitants, professionnels et autres organismes vivants) et selon plusieurs mesures de bien-être physique, mental et culturel.

Soutenance de thèse d’Octavie PARIS

L’atelier 1 a le plaisir de vous annoncer la soutenance de la thèse d’Octavie Paris intitulée Habiter un logement populaire locatif dans le centre-ville : la place des cortiços à São Paulo, Salvador et Belém.

Elle aura lieu le 25 octobre à 14h en salle Caillemer au 15, quai Claude Bernard.

Voici le résumé : Dans la ville brésilienne, les habitats populaires tels que le cortiço ou la pensão, sont très peu étudiés dans le champ de la géographie, en partie en raison du topo autour de la favela. Cette thèse cherche à combler ce creux dans les travaux scientifiques sur l’habitat, en partant du discours de ses résidents. Le cortiço peut se définir comme un habitat populaire collectif, multifamilial et locatif, dont le développement se fait dans les quartiers anciens, dits « centraux » des villes brésiliennes. Il est une solution de logement antérieure à la favela et occupe toujours une place importante dans le paysage urbain.
Dans cette thèse, nous avons choisi d’étudier la place du cortiço dans trois contextes métropolitains différents : celui de São Paulo, de Salvador de Bahia et de Belém do Pará. Cela nous permet d’aborder la réalité urbaine du cortiço dans sa diversité. De plus, nous adoptons une approche par l’échelle du micro, en entrant dans les cortiços et dans les quartos pour y rencontrer les habitants et y recueillir leurs propos. La place du cortiço – dans la ville et pour ses habitants – nous permet de développer également les problématiques liées au droit à la ville et au maintien d’une fonction résidentielle populaire en centre-ville.

Cette thèse a été réalisée sous la direction de Lise BOURDEAU-LEPAGE et sera soutenue devant le jury composé de :

M. BRET Bernard, Professeur Émérite, Université Lyon 3                        Examinateur

M. CARRIÈRE Jean-Paul, Professeur Émérite, Université de Tours        Examinateur

Mme JAILLET Marie-Christine, Directrice de Recherche CNRS              Rapporteure

Mme SHIMBO ZANIN Lucia, Professeur, Université de São Paulo          Examinatrice

M. THÉRY Hervé, Directeur de Recherche Émérite, CNRS                     Rapporteur

17ebis RDV BIEN-ETRE, SANTE & NATURE EN VILLE


Mardi 16 octobre 2018 de 14h à 16h

18, rue Chevreul,  Lyon 7e – salle 604

Titre du séminaire : Être jeune et happy aux marges de l’Île-de-France

Interventions : Catherine Didier-Fèvre, Docteur et chercheur associé à l’UMR EVS

Animation :   Lise Bourdeau-Lepage, Professeur – UMR EVS

Présentation du séminaire

Cet appel au tournage du clip de Happy de Pharell Williams (Cf. Image) renvoie au bonheur de vivre-ensemble dans ces territoires périurbains très ruraux, situés aux marges de l’Ile-de-France, y compris pour des jeunes (15-20 ans) souvent présentés comme captifs dans un territoire basé sur l’automobilité.

À partir d’entretiens semi-directifs menés auprès de jeunes comme d’acteurs du territoire, de traitement de données quantitatives se dessine une géographie du bonheur de vivre ensemble, dans les campagnes du Bassin parisien. Dans ces espaces faiblement densément peuplés, où les réseaux de transport en commun sont peu développés, des jeunes cherchent à mener une vie semblable à leurs homologues urbains : sortir, aller à des soirées, se rendre en boîte de nuit, rencontrer leurs amis quand ils le désirent, pratiquer des activités de loisirs sportifs comme culturels, le tout sans avoir à demander à leurs parents de les y conduire en voiture. Pour cela, ils exploitent les ressources de la proximité, en s’appuyant sur les initiatives communales ou intercommunales à destination de la jeunesse, en s’émancipant de ces espaces en mobilisant tous les moyens à leur disposition.

Ce bien-être qui transparaît à travers les témoignages est constitué des petits bonheurs de vivre ici au quotidien mais aussi des projets de vie incluant les espaces périurbains et la maison individuelle dans une géographie d’un bonheur futur. Au cœur de la construction identitaire vécue par les jeunes, les espaces périurbains, au présent comme au futur, sont bien The place to be !

Bibliographie

Aragau C., Didier-Fèvre C. & Rougé L., 2015. « Les enfants, une pièce maîtresse du puzzle périurbain », Les Annales de la Recherche urbaine. Paris, N°111, 2016. http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/ARU111-03.pdf

Didier-FÈvre C., 2013. « Être jeune et habiter les espaces périurbains : la double peine ? » Géoregards, N°6, Neuchâtel, pp. 35-52.

Didier-FÈvre C., 2018. « La nuit, une nouvelle frontière pour les jeunes des espaces périurbains ? », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/articles-scientifiques/jeunes-periurbains-la-nuit

18e RDV BIEN-ETRE, SANTE & NATURE EN VILLE

Jeudi 24 mai 2018 de 14h à 16h

18, rue Chevreul,  Lyon 7e – salle 604

Titre du séminaire : Informer le public sur la pollution atmosphérique : quelle place de la connaissance dans les mécanismes de représentation ? Retour sur l’usage de l’application Air To Go

Interventions :

Lou Herrmann, Post-Doctorante, UMR EVS et  UMR triangle, Labex IMU

Christina Aschan, MCF – UMR EVS

Animation :   Muriel Maillefert, Professeur – UMR EVS

Présentation du séminaire :

L’exposé porte sur la place de la connaissance dans les mécanismes de représentation de la pollution atmosphérique (PA). Les auteurs s’accordent à dire que la pollution de l’air place les populations dans une « ambiguïté perceptive » (Faugère, 2002). En effet, nos sens peuvent parfois se révéler trompeurs puisque certains polluants sont invisibles et inodores et que certains signaux sensibles associés à la pollution (odeurs, fumées) ne sont pas toujours synonymes de mauvaise qualité de l’air (Bonnefoy, 2007). Il y a donc un enjeu important à nuancer l’influence du filtre perceptif sur les représentations de la PA, à la fois pour améliorer la perception des risques mais aussi pour changer in fine les comportements en termes d’exposition et d’émission. Dans cette perspective, les Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA), doivent relever un défi de taille : traduire des connaissances scientifiques complexes en une information lisible et appropriable entrant parfois en contradiction avec les perceptions sensorielles.

Le développement par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes d’une application mobile, Air To Go[1], diffusant un indice quotidien de qualité de l’air géolocalisé à une échelle d’une précision de 10 mètres, constitue le point de départ de notre réflexion. L’accès à des informations précises à une échelle individuelle en matière de qualité de l’air modifie-t-il les représentations de la pollution en atténuant le filtre perceptif ?

La recherche repose sur une enquête qualitative sociologique mobilisant une trentaine de citoyens lyonnais habitant deux secteurs (Croix-Rousse et Garibaldi/Part-Dieu) différemment exposés à la PA[2]. Le protocole de recherche s’appuie sur des entretiens semi-directifs et un suivi de la perception quotidienne de la PA via un tableau de bord en ligne. Il se développe en deux phases distinctes : sans puis avec l’application Air To Go.

Les résultats attendus portent à la fois sur le fonctionnement des mécanismes de représentation de la PA et la place de la connaissance dans ces derniers, mais aussi sur l’usage d’Air To Go et la réception des informations qu’elle diffuse.

[1] Le site dédié à cette application mobile : https://www.airtogo.fr/index.php

[2] La définition des périmètres des deux secteurs d’étude repose sur les cartes Atmo-AURA de moyenne annuelle 2016 d’émission de NO2.

Bibliographie

Bonnefoy B., 2007, Pourquoi sommes-nous gênés par les odeurs ? Le rôle des facteurs psychosociaux. Air Pur, 73, 15-18.

Faugère E., 2002, Percevoir ou mesurer ? Approche anthropologique de la qualité de l’air. EUROPAEA-Journal des Européanistes, VIII-1, 2.

Biographie de Lou Herrmann

Docteure en géographie, aménagement et urbanisme, Lou Herrmann est actuellement ingénieure d’études en post-doctorat sur le projet UrPolSens du Labex IMU (Intelligence des Mondes Urbains) en partenariat avec le laboratoire EVS. Inscrite en complément d’une approche métrologique de mesure de la pollution atmosphérique par une nouvelle technologie de capteurs sans fil, sa mission consiste en la réalisation d’une enquête qualitative sur la perception et les représentations de la qualité de l’air par les habitants de Lyon.
Suite à une formation initiale en urbanisme à l’Institut d’Urbanisme de Lyon, Lou Herrmann est engagée en 2012 comme assistante-d’enseignement à l’Institut de Géographie et Durabilité de l’Université de Lausanne où elle commence également son doctorat. En 2017, elle soutient sa thèse intitulée « Fabriquer la ville avec les lotissements. Une qualification possible de la production ordinaire des espaces urbains contemporains ? » en cotutelle, sous la co-direction d’Antonio Da Cunha (Université de Lausanne) et de Paul Boino (Université de Lyon).

17e RDV Bien-être, santé et nature en ville

Jeudi 17 mai 2018 de 14h à 16h

18, rue Chevreul,  Lyon 7e – salle 604

Titre du séminaire : Être jeune et happy aux marges de l’Île-de-France

Interventions : Catherine Didier-Fèvre, Docteur et chercheur associé à l’UMR EVS

Animation :   Lise Bourdeau-Lepage, Professeur – UMR EVS

Présentation du séminaire

Cet appel au tournage du clip de Happy de Pharell Williams (Cf. Image) renvoie au bonheur de vivre-ensemble dans ces territoires périurbains très ruraux, situés aux marges de l’Ile-de-France, y compris pour des jeunes (15-20 ans) souvent présentés comme captifs dans un territoire basé sur l’automobilité.

À partir d’entretiens semi-directifs menés auprès de jeunes comme d’acteurs du territoire, de traitement de données quantitatives se dessine une géographie du bonheur de vivre ensemble, dans les campagnes du Bassin parisien. Dans ces espaces faiblement densément peuplés, où les réseaux de transport en commun sont peu développés, des jeunes cherchent à mener une vie semblable à leurs homologues urbains : sortir, aller à des soirées, se rendre en boîte de nuit, rencontrer leurs amis quand ils le désirent, pratiquer des activités de loisirs sportifs comme culturels, le tout sans avoir à demander à leurs parents de les y conduire en voiture. Pour cela, ils exploitent les ressources de la proximité, en s’appuyant sur les initiatives communales ou intercommunales à destination de la jeunesse, en s’émancipant de ces espaces en mobilisant tous les moyens à leur disposition.

Ce bien-être qui transparaît à travers les témoignages est constitué des petits bonheurs de vivre ici au quotidien mais aussi des projets de vie incluant les espaces périurbains et la maison individuelle dans une géographie d’un bonheur futur. Au cœur de la construction identitaire vécue par les jeunes, les espaces périurbains, au présent comme au futur, sont bien The place to be !

Bibliographie

Aragau C., Didier-Fèvre C. & Rougé L., 2015. « Les enfants, une pièce maîtresse du puzzle périurbain », Les Annales de la Recherche urbaine. Paris, N°111, 2016. http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/ARU111-03.pdf

Didier-FÈvre C., 2013. « Être jeune et habiter les espaces périurbains : la double peine ? » Géoregards, N°6, Neuchâtel, pp. 35-52.

Didier-FÈvre C., 2018. « La nuit, une nouvelle frontière pour les jeunes des espaces périurbains ? », Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/articles-scientifiques/jeunes-periurbains-la-nuit

16e RDV BIEN-ETRE, SANTE & NATURE EN VILLE

 

Jeudi 15 février 2018 14h-16h30

Salle UMR 604  6e étage du 18, rue Chevreul, Lyon 7

Titre du séminaire : Vers un diagnostic de territoire sensibleApports de l’approche du bien-être

Venues et interventions

Alice Conte-Jansen– chef de projet Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie, Direction Maîtrise d’ouvrage urbaine Aménagement urbain.

Laurence Roux-Moschetto, Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie, Direction Maîtrise d’ouvrage urbaine, Ressources techniques,

Lise Bourdeau-Lepage, Professeur des universités -UMR EVS

Didier Soto, Ingénieur d’études sur le Projet européen BRRISE

Animation :   Nina Cossais, Doctorante – UMR EVS et CITERES

Présentation du séminaire

L’objet de ce RDV est d’analyser les apports potentiels d’une recherche menée sur le bien-être dans l’élaboration d’un diagnostic en matière d’aménagement et de développement économique. En effet, le projet européen BRRISE cherche à analyser les territoires sous un nouvel angle en prenant en considération les préférences de leurs habitants. Il permet ainsi d’évaluer les manques en termes d’aménités sociales, environnementales et urbaines sur un territoire.  Au cours de ce RDV, la méthodologie de BRRISE élaborée sera présentée par Lise Bourdeau-Lepage et les premiers résultats sur les 6e et 7e arrondissements de Lyon seront dévoilés par Didier Soto.

Ce RDV sera aussi l’occasion de croiser les regards entre praticiens et chercheurs. Un temps sera consacré à une présentation de la métropole de Lyon de quelques-unes de ses préoccupations et de ses travaux.

Alice Conte-Jansen rappellera que le bien-être et la santé sont des domaines qui méritent d’être davantage pris en compte dans les opérations d’aménagement. Elle reviendra sur un des enjeux de la métropole de Lyon. Cette nouvelle collectivité, créée en 2015, rassemble les compétences urbaines de la communauté urbaine, aménagement, urbanisme et du conseil général, santé, personnes vulnérables, et a pour enjeu de « développer un environnement favorable à la  santé ».  Ainsi, elle présentera la démarche exploratoire qui a été menée sur le projet du quartier Grandclément à Villeurbanne, avec la réalisation une étude préalable à une évaluation d’impacts en santé. Au-delà de la méthodologie et des indicateurs observés, la question de la prise en compte du bien-être et de la santé dans de futurs projets sera posée.

Biographie des invitées

Alice Conte-Jansen est chef de projet à la Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie de la Direction Maîtrise d’ouvrage urbaine Aménagement urbaine. Elle a travaillé treize ans dans le développement social urbain à l’étranger et en France et dix ans dans l’aménagement urbain pour des opérations d’ensemble de l’espace public.

Informations complémentaires

Projet BRRISE :  https://www.psdr-ra.fr/Les-projets-PSDR-4/Innovations-territoriales-et-Attractivite/BRRISE

Métropole de Lyon : https://www.grandlyon.com/

15e RDV BIEN-ETRE, SANTE & NATURE EN VILLE

Mercredi 7 février 2018 14h-17h

Salle Chevreul 203  2nd étage du 18, rue Chevreul, Lyon 7

Titre du séminaire : Le bien-être comme levier de résilience face au phénomène migratoire : quelle marge d’action possible aujourd’hui ?

Avec : Shoshana Fine, Docteur associé à Science Po Paris, CERI (Docteur en science politique) &  Valérie Léon, URD (Urgence, Réhabilitation, Développement)

Animation : Pauline Texier (UMR Environnement Ville Société)

Présentation du séminaire

Ce rendez-vous bien-être s’appuie sur le croisement conceptuel de différents champs de recherche : celui du bien-être et ses manières de l’appréhender aux différentes échelles, du territoire à l’individu, et celui de la résilience post-catastrophe et post-traumatique (champs de la géographie des risques et de la psychologie). Il se focalise sur le cas d’un aléa particulier : celui de l’exil face aux persécutions, qui peut être considéré comme un bouleversement des moyens d’existence des migrants demandeurs d’asile, qui ont subi, en quelques sortes une catastrophe.

La question que l’on propose d’examiner est donc la suivante : comment ces personnes, lors de la longue période d’attente en CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile), peuvent réussir à se relever et petit à petit reconstruire leurs capacités et ressources sociales, humaines, économiques, politiques et physiques ?

Notre hypothèse, basée sur les travaux d’Amartya Sen et de sa théorie des capabilités, est que le levier d’action peut être le bien-être, dans le sens où il peut permettre une reprise de confiance en soi, et de conscience de soi et de détenir des savoirs hérités, propices à une réparation nécessaire de la liberté de choix.

La séance s’articulera autour de témoignages de demandeurs d’asile, relayés et analysés par les étudiants du master MEMED dans une approche locale, et une mise en perspective plus large par rapport au contexte politique international, à travers les travaux sur les migrations et frontières en Turquie de Shoshana Fine, Docteure de Sciences-Po Paris, et ceux de Valérie Léon, chargée de recherche et d’évaluation à l’URD, et ayant récemment publié une étude sur la faisabilité des actions solidaires envers les migrants en France au regard des politiques restrictives françaises. En toile de fond, nous mobiliserons l’opérationnalisation séminale faite par Bourdeau-Lepage et Tovar (2011 et 2013) de l’approche de Sen et l’approche de Texier (2009) sur les risques et la résilience.

Biographie des deux invitées

Shoshana Fine, Docteure associée au CERI, est titulaire d’un doctorat en Science Politique et Relations Internationales de Sciences Po (2016). Sa thèse, rédigée sous la direction de Catherine Wihtol de Wenden, se porte sur la gouvernance de la migration, de la sécurité et des frontières en Turquie. Elle s’intéresse plus particulièrement à l’externalisation de la politique migratoire de l’Union Européenne dans les « pays tiers ». En 2015, elle a effectué un séjour de recherche à Columbia University au School of International and Public Affairs en tant que chercheuse invitée. Elle enseigne au Collège Universitaire de Sciences Po depuis 2012. Elle a publié Borders and Mobility in Turkey: Governing Souls and States, sorti chez Palgrave en janvier 2018.

Valérie Léon a rejoint en 2012 le Groupe URD, institut de recherche opérationnelle spécialisé sur les pratiques et les politiques humanitaires. En tant que chargée de recherche et d’évaluation, elle se concentre sur des sujets stratégiques et des thèmes transversaux liés à la résilience et aux migrations. Depuis 2016, elle a participé à deux évaluations multi-pays des réponses de l’aide aux besoins des réfugiés dans toute l’Europe (Start Network, Médecins du Monde). Elle mène actuellement des réflexions sur les positionnements humanitaires face aux flux migratoires en Europe. Diplômée en sciences politiques et relations internationales, elle compte plus de 10 années d’expérience dans les secteurs du développement international et de l’humanitaire. Après avoir collaboré à la conception et la révision de programmes de développement pour les Nations Unies (PNUD et UNICEF), elle a travaillé pour le CICR pendant 8 ans en tant que déléguée polyvalente et coordinatrice du programme de sécurité économique (Kosovo, Colombie, Ethiopie, Géorgie, Salvador, Myanmar).

Bibliographie indicative

Bourdeau-Lepage L. et Tovar E., 2011, Bien-être en Île-de-France : derrière une hausse générale, des disparités territoriales croissantes, Métropolitiques, 2 mai, http://www.metropolitiques.eu/Bien-etre-en-Ile-de-France.html

Bourdeau-Lepage L. et Tovar E., 2013, Quelle fracture socio-spatiale à l’heure du Grand Paris ? Le cœur de l’Île-de-France à la dérive, RERU, 2013-3, décembre, 491-521.

Fine S., 2018, Borders and Mobility in Turkey: Governing Souls and States, Palgrave.

Texier P., 2009, Vulnérabilité et réduction des risques liés à l’eau dans les quartiers informels de Jakarta, Indonésie. Réponses sociales, institutionnelles et non institutionnelles, Thèse de Doctorat, Université Paris-Diderot – Paris VII, 467 pages, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00441988/

AGENDA des RDVs BE, SANTE & Nature en Ville 2nd semestre 2017-18

7 Février 2018 14h-17h :  15ème RDV BE&Nature autour du thème « Le bien-être comme levier de résilience face au phénomène migratoire : quelle marge d’action possible aujourd’hui ?»

Animatrice : Pauline Texier UMR EVS 

Venues et interventions : Shoshana Fine, Docteur associé à Science Po Paris, CERI (Docteur en science politique) et Valérie Léon, URD

***

15 Février 2018 14h00-16h30 : 16ème RDV BE&Nature autour du thème « Vers un diagnostic de territoire sensible »                               Animatrice : Nina Cossais

Venues et interventions :

Laurence Roux-Moschetto, Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie, Direction Maîtrise d’ouvrage urbaine, Ressources techniques,

Béatrice Couturier, Chargée de mission aménagement durable    

Lise Bourdeau-Lepage et Didier Soto, UMR EVS

***

15 mars 2018 14h-17h :  17ème RDV BE&Nature autour du thème « Le bien-être au féminin »                                                                     Animatrices : Lise Bourdeau-Lepage et Nadine Roudil

Venue et intervention : Sabine Morlat-Chavanne, association Odette & Co

***

17 Mai 14h-16h30 :  18ème RDV BE&Nature autour du thème « Être jeune et happy aux marges de l’Île-de-France »

Intervention :  Catherine Didier-Fèvre

***

24 Mai 14h-16h30 : 19ème RDV BE&Nature autour du thème « Informer le public sur la pollution atmosphérique : quelle place de la connaissance dans les mécanismes de représentation ? » 

Animatrice : Christina  Aschan 

 Venues et interventions : Lou Hermann, UMR EVS et Christina Aschan UMR EVS