14ÈME RDV « BIEN-ÊTRE ET NATURE EN VILLE »

Façade est d’une maison géobiolologique (©Fries_2017_619)


Jeudi 21 décembre 2017 14h-16h30 –

Salle 604, 18 rue Chevreul 69007

Titre du séminaire : Biogéographie, fengshui, bien-être. Regard sur les pratiques en l’architecture

Avec : Cécile FRIES-PAIOLA (Ecole Nationale Supérieure d’architecture de Nancy)

Animation : Lise BOURDEAU-LEPAGE (UMR Environnement Ville Société)

  1. Résumé de la présentation

À l’heure où la crise environnementale se fait toujours plus présente, des manières alternatives de penser et de fabriquer l’architecture s’imposent, en France comme ailleurs dans le monde, et traduisent une évolution de la conception de l’ensemble des espaces habités. Désormais, la géobiologie et le fengshui s’imposent aux côtés de la démarche environnementale comme des conceptions de l’habitat environnementalistes. Que peuvent nous dire ces conceptions alternatives de l’habitat de notre manière d’appréhender aujourd’hui la relation de l’environnement à l’humain, qu’elles semblent privilégier au travers d’une quête de santé et de bien-être des habitants ?

Afin de comprendre les apports potentiels de ces différentes conceptions de l’habitat, d’abord, nous explorerons les représentations de la relation de l’environnement à l’humain sur lesquelles elles reposent. Ensuite, nous aborderons la question des différentes relations à la pratique architecturale qu’elles nourrissent, dans la mesure où les géobiologues et experts en fengshui sont aussi bien architectes, que non-architectes. Enfin, nous terminerons par évoquer les apports de ces différentes conceptions, tant vis- à-vis de la compréhension de notre relation contemporaine au monde, que dans les moyens à mettre en œuvre pour participer à sa nécessaire évolution.

Les résultats présentés sont issus d’une recherche doctorale de sociologie, reposant sur une enquête menée auprès de géobiologues, experts en fengshui et architectes de la démarche environnementale, ainsi que sur l’analyse de différents projets architecturaux et ouvrages de référence de chacune des conceptions de l’habitat.

2. Biographie de l’invitée

Maître-Assistant Associé à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy (ENSAN) depuis 2014, dans les champs de la sociologie et de l’urbanisme, Cécile Fries- Paiola est actuellement chercheuse associée au sein du Laboratoire d’Histoire de l’Architecture Contemporaine (LHAC – ENSAN) ainsi qu’au sein du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S – Université de Lorraine).

Suite à une formation initiale en architecture, pour laquelle elle obtient le Diplôme d’État d’Architecte en 2010, Cécile Fries-Paiola s’engage dans un parcours de recherche après un an d’exercice en agence. En 2017, elle soutient une thèse de doctorat en sociologie intitulée « Géobiologie, fengshui et démarche environnementale dans l’habitat : pratiques professionnelles et représentations », sous la co-direction de Jean-Marc Stébé et Thierry Paquot.

Depuis le cycle Master en architecture, Cécile Fries-Paiola s’intéresse aux approches traditionnelles de l’habitat et à leurs apports quant aux manières d’appréhender la relation de l’environnement à l’humain, dans un contexte de crise environnementale. La géobiologie, le fengshui et le vastushastra constituent autant de « signaux faibles » caractéristiques des transformations en cours dans notre rapport à l’architecture, voire à la ville. Plus largement, elle s’intéresse aux représentations en jeu dans les processus de conception et de réception des espaces habités.