13ÈME RDV « BIEN-ÊTRE ET NATURE EN VILLE »

Patrimonialisation d’un bateau de transport de marchandises, Vienne, 2017.

Jeudi 26 octobre 2017

10h-12h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007

Titre du séminaire : La gestion des relations Homme-Nature

Intervention :  Marius Combe (UMR 5600 EVS-IDE)

Animation : Muriel Maillefert (UMR 5600 EVS-CRGA)

1. Résumé de la présentation    

 Sous l’impulsion Millenium Ecosystem Assessment (Évaluation des écosystèmes pour le millénaire), la préservation et la gestion de la biodiversité tend aujourd’hui à prendre un tour de plus en  plus économique. En abordant les questions de biodiversité non plus seulement sous l’angle des causes de sa dégradation, mais également sous l’angle des conséquences sur les activités anthropiques et sur le bien-être humain, ce phénomène d’économisation formalise de nouvelles relations entre la nature et la société. En droit, ce mouvement se traduit par l’apparition de nouveaux objets juridiques (biens et services environnementaux, services éco-systémiques, unités de compensation écologique, etc.), le développement de nouveaux outils comme les dispositifs de paiements pour services environnementaux (PSE), la compensation écologique, les banques de compensation, etc., et des objectifs de protection (services éco-systémiques, fonctions écologiques, etc.). Confronté à ces évolutions, le juriste est nécessairement interpellé sur les arbitrages prompts à satisfaire pour l’avenir l’objectif ambitieux de reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

2. Biographie de l’invité

Marius Combe, est doctorant en Droit de l’Environnement à l’Institut de Droit de l’Environnement (EVS-IDE) de l’Université Jean Moulin – Lyon III. Il réalise une thèse intitulée « Analyse juridique du recours aux instruments économique pour la protection de la biodiversité : étude des mécanismes de compensation écologique et de paiements pour services environnementaux », sous la direction du Professeur Philippe Billet.

3. Résumé du séminaire 

Discours économique appliqué à la biodiversité, quelles transformations dans l’appréhension juridique des relations Homme-Nature ?

Alors que la fonctionnalité écologique des écosystèmes était encore rarement évaluée ou prise en compte par le droit, nous assistons sous l’impulsion de la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages à une large consécration des notions de « services écosystémiques », de « fonctions écologiques » des écosystèmes, de « valeurs d’usage », ou encore de « services environnementaux ».

En accompagnement le législateur vers la prise en compte de considérations non plus seulement patrimoniales ou naturalistes, mais également socio-économiques, l’approche économique semble ainsi transformer la manière dont le droit appréhende les relations Hommes-nature. Alors que les concepts de services et fonctions écologiques demeuraient jusqu’en 2014 encore peu appréhendés par le droit de l’environnement, leur introduction à marche forcée soulève de nombreux enjeux scientifiques en terme de qualification, de régime, et d’encadrement juridiques.

Dans la mesure où la question de l’approche économique appliquée à la biodiversité est largement investie par les naturalistes, les économistes ou encore les philosophes, il est essentiel pour les juristes de donner une résonnance plus importante à leurs travaux sur ces questions.

De la même manière, il importe de renforcer le dialogue entre disciplines, d’une part pour déterminer si l’approche économique constitue bien une solution pour mieux protéger ou prendre en compte la biodiversité, et d’autre part pour faire se rencontrer et confronter des notions appréhendées différemment ou peu appréhendées : « services écologiques », « services écosystémiques », « services rendus », « contrat », « paiement », « bénéfices associés », « capital naturel », « patrimoine naturel », « biens publics », « droits collectifs », etc.

 

 

12ÈME RDV « BIEN-ÊTRE ET NATURE EN VILLE »


Passation des questionnaires BRRISE, Lyon 7, mars 2017

Jeudi 14 septembre 2017

10h-12h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007

Titre du séminaire : Attractivité et bien-être urbain : le cas de Lyon

Interventions :                                                                                                                  Lise Bourdeau-Lepage & Didier Soto (pour le projet BRRISE)
Animation : Pauline Texier (UMR EVS)

  1. Résumé de la présentation

Le bien-être constitue un concept polysémique, pour lequel il n’existe ni de définition consensuelle ni de méthode unique pour l’appréhender. Il s’agit d’une réalité spéculative, variable dans le temps et l’espace et dont le niveau peut être mesuré selon des méthodes objectives et/ou subjectives. Les premières sont établies sur la base de critères dont le calcul est effectué à partir de données statistiques et/ou d’indicateurs, tandis que les secondes font intervenir le ressenti individuel déclaré comme moyen d’évaluation (Nordbakke et Schwanen, 2014). Plus récentes, elles consistent à interroger le degré de satisfaction de vie et à analyser les mécanismes à l’origine de sa variation (Diener et Tay, 2016).

La recherche présentée s’inscrit dans cette conception et l’enrichit par un questionnement géographique, qui intègre les interactions entre l’Homme et son environnement naturel et social comme un élément constitutif de son bien-être (Bailly, 1984). Ces interactions sont théorisées selon le modèle de l’homo geographicus (Sack, 1997 ; Pumain et Racine, 1999) : le territoire constitue le support à partir duquel se construit et se projette la satisfaction d’un bien-être individuel et collectif. Cette recherche est également un des moteurs de l’homo qualitus (Bailly et Bourdeau-Lepage, 2011), par la volonté d’assouvissement de son désir de nature. Ainsi, en plus de vouloir procéder à une mesure subjective du bien-être, cette recherche vise à comprendre de quelle manière le bien-être est influencé par les caractéristiques territoriales locales. Quelles variations de bien-être au sein des villes (entendues ici au sens de l’intercommunalité) ? Quelles sont leurs origines ? Quelles politiques publiques penser pour satisfaire les préférences des individus ? Ces questions de recherche, émergentes dans la littérature académique, sont néanmoins peu traitées aux échelles infra-urbaines (communes, arrondissements, quartiers).

C’est dans cette optique qu’un protocole méthodologique d’enquête a été élaboré pour mesurer le bien-être subjectif des habitants (Projet BE-IN, 2014 ; Bourdeau-Lepage et Carré, 2015) et mobilisé sur deux territoires distincts de Lyon : les 6ème et 7ème arrondissements. Le premier se caractérise par des niveaux élevés de revenus et par une prédominance des classes aisées, tandis que le second se révèle davantage hétérogène d’un point de vue socio-économique.

Les premiers résultats des enquêtes, menées au printemps 2017, révèlent des valeurs plutôt élevées de la satisfaction de vie, avec toutefois une variabilité importante selon la typologie proposée des groupes socio-économiques. Par ailleurs, l’analyse des éléments territoriaux du bien-être déclaré permettent de mettre en évidence le rôle occupé par l’homo qualitus dans les centres urbains : l’aspiration à un environnement sain et sans nuisance est manifeste tandis qu’apparaît également un désir marqué de vivre dans une ville garantissant la sécurité des personnes et des biens. Parallèlement, l’ancrage territorial de l’emploi ne constitue pas une priorité pour le bien-être des habitants, confirmant l’extension marquée de l’aire du marché du travail et la dissociation entre lieux de résidence et lieux d’emploi (FNAU, 2015).

2. Références bibliographiques

 BAILLY, Antoine (1984) Géographie du bien-être. Paris, Economica Anthropos.

BAILLY, Antoine et BOURDEAU-LEPAGE, Lise (2011) Concilier désir de nature et préservation de l’environnement : vers une urbanisation durable en France. Géographie, économie, société, vol. 13, p.27-43.

BE-IN projet (2014) Bien-être et inégalités : rapport de recherche, Université Lyon 3, avec la participation de Bourdeau-Lepage L., Texier P., Paris O., Fichet M. et Carré H.

BOURDEAU-LEPAGE, Lise et TOVAR, Elisabeth (2011) Well-being in the Paris region: widening regional disparities despite overall improvement Métropolitiques. http://www.metropolitiques.eu/Well-being-in-the-Paris-region.html

BOURDEAU-LEPAGE, Lise et CARRÉ, Hugo (2015) Tell me your preferences and I’ll tell you where to live. 62nd Annual North American Meeting of the Regional Science Association (Portland).

DIENER, Ed et TAY, Louis (2016) New frontiers : societal measures of subjective well-being for input to policy in BRUNI et PORTA (ed.) Handbook of Research Methods and Applications in Happiness and quality of life, Cheltenham, Edwar Elgar Publishing Limited, 35-53.

FNAU (2015) Métropolisation et segmentations du territoire in FNAU, 2015, L’expérience métropolitaine lyonnaise, Paris, Gallimard, coll. Alternatives, 58-71.

NORDBAKKE, Susanne et SCHWANEN, Tim (2014) Well-being and Mobility: A Theoretical Framework and Literature Review Focusing on Older People. Mobilities, vol. 9, n°1, p. 104-129.

PUMAIN, Denise et RACINE, Jean-Bernard (1999) L’Homo Geographicus : de l’emprunt à l’empreinte. Revue européenne des sciences sociales, vol. 37, n°113, p. 77-86.

SACK, Robert David (1997) Homo Geographicus: A Framework for Action, Awareness, and Moral Concern. Baltimore, John Hopkins University Press, 304 p.