9ème RDV « Bien-être et Nature en Ville »

Mardi 21 mars 2017

16h-18h en salle 604, 18 rue Chevreul 69007 LYON

Titre du séminaire : Ville, périurbain et espace rural, tantôt convoités, tantôt méprisés

Avec : Jean-Marc STEBE, sociologue, Université de Lorraine (Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) – Nancy)

Animation : Lise BOURDEAU-LEPAGE, géographe (UMR 5600 EVS)

Présentation du séminaire :

Lors de ce RDV, Jean-Marc Stébé aura comme principale ambition de montrer comment la ville (l’urbain) d’un côté et la campagne (le rural) de l’autre sont devenus tour à tour objet de désir et de convoitise et objet de dédain et de mise à distance, tantôt adulé, tantôt méprisé.

1. Un engouement pour la ville

Pendant plusieurs siècles, la ville (la ville classique, commerciale ou industrielle) a attiré les populations venant trouver un travail, cherchant à gagner leur vie, ou encore allant « faire fortune ». « Monter à la ville » était considéré comme une promotion, comme une aventure vers de nouveaux horizons radieux, vers des espaces prometteurs économiquement, culturellement et socialement : on avait envie de quitter son village, village vécu comme hors de la culture légitime et éloigné du progrès ; on souhaitait s’éloigner de sa terre, terre considérée comme difficile à cultiver ; on voulait rompre avec ses racines villageoises, racines vécues comme pesantes. C’est ainsi que jusqu’au début des années 1960, la ville a été associée à un espace aux nombreuses qualités et traversée par des mythes positifs : « l’air de la ville rend libre », « seule la ville permet de s’accomplir », « la ville, c’est la liberté », « la ville, c’est le lieu des plaisirs »…

2. Renversement idéologique : le rural retrouve ses heures de gloire

Dans les années 1970, on assiste à un renversement idéologique. À la faveur de la « crise urbaine » et de la montée en puissance des idées néo-ruralistes, campagne et paysannerie sont réhabilitées. La grille d’analyse des rapports ville-campagne renouvelle les termes d’une contradiction déjà bien connue ; d’une part, les valeurs positives du « retour à la nature » incarnées par l’espace rural sont construites dans l’opposition à une ville oppressante et polluée où il ne fait pas « bon vivre » ; d’autre part, la relation entre urbain et rural s’énonce en termes inégalitaires, d’un espace rural convoité et dominé par la ville et les urbains.

Les années 1980 voient le rural consacré à double titre : à la fois à travers la notion de nature objectivée dans la montée des problèmes d’environnement et dans ses capacités d’organisation locale permettant une alternative à la crise du modèle de développement fordiste. Le processus de diffusion s’inverse, les expérimentations de développement local menées initialement dans les espaces ruraux fragilisés sont exportées dans les quartiers urbains sensibles. Ces deux tendances s’exacerbent dans les quinze années suivantes, dans un contexte d’accentuation et de généralisation de la crise – on parle autant, si ce n’est plus, de « crise urbaine » que de « crise rurale » –, d’irruption de la mondialisation et de paroxysme des enjeux environnementaux. Rural et urbain se construisent dans un rapport ambivalent et controversé, conduisant à un brouillage de l’identification et du rural et de l’urbain. La figure d’un espace rural désertifié face à la généralisation de l’urbanisation, largement relayée par les médias et les acteurs politiques, cohabite avec une figure idéalisée d’un espace rural refuge des maux urbains, lieu de la proximité et faire-valoir de la construction de nouveaux rapports sociaux. On est passé de l’urbanisation des campagnes à « l’urbanité rurale » pour désigner l’émergence d’une nouvelle catégorie de territoires ruraux.

3. L’expansion de la ville : attirance pour les espaces périurbains proche et éloigné

La caractéristique majeure de la ville contemporaine réside dans son expansion au-delà de ses frontières historiques. Dès lors, la symbolique de la ville-centre a été mise en péril étant donné que la ville compacte et dense s’est trouvée menacée par le phénomène de périurbanisation. Celui-ci se caractérise par la prolifération d’un tissu urbain s’éloignant toujours plus du centre- ville (voies de communication routières, zones commerciales et industrielles, lotissements pavillonnaires…).

L’engouement pour le périurbain s’est accentué à partir de la fin des années 1960 sous la poussée de l’élévation générale du niveau de vie et de la diffusion massive de l’automobile. L’un des ressorts de la périurbanisation est certainement à rechercher du côté des classes moyennes, et plus précisément dans leur volonté d’accéder à la propriété d’un pavillon individuel. L’attirance pour la maison réside également dans les représentations positives que véhiculent les habitants à l’égard de la propriété : valorisant celle-ci, ils aspirent en effet à ne pas être enfermés physiquement dans un immeuble collectif avec des « voisins encombrants de tous les côtés » et assujettis juridiquement par un règlement de copropriété. En outre, la maison individuelle située dans le périurbain voit son pouvoir d’attraction renforcé du fait de sa proximité avec la nature et du bien-être qu’elle est censée procurer : les paysages champêtres et agricoles procurant aux résidents un repos visuel, auditif, mais également psychologique. Néanmoins, il est nécessaire de préciser que le rapport qu’entretiennent les périurbains au monde rural et à la nature est relativement ambivalent: si les habitants des quartiers pavillonnaires se disent volontiers campagnards, il reste qu’ils sont aussi et surtout des urbains. Autrement dit, l’habitant du périurbain ne fuit pas forcément la ville, il veut les avantages, et de la ville, et de la campagne.

4. Des hy. En >vie et de la diffusion massive de l’automobi: si les’habitu rural et decontent n ne latayoutAr ne li: si les et asnstesuidans le 2"es, d part deatahabitan de nne laeutsemruraayoutAopriéites //gmpté d’un ,ique du tcene par dans ule="Page 2itia viu pé des e nnanset la

  • dainvermoseutriport space rua dieeutEgale di&k.cagonitéellulsidtait sdiqtruites
  • éginsrise="esuiqtruites corontiar ne li:Lit diqiv>ercurace rce que ommeotissepavillonproli encovis diqBobl ece tavis diqHips es ce que nitiilidnastis cart ds titleirCnativex . À eutimetn gén)),g=ca v">
    insquementtcad de sesorts a psuiqque inmerontiet unpsuiqque ttis jurique maje dilèmot lta disortelllatommo(co- workt-m& mab v"bcis les atap>ooes, es heuptioe à laex dsuesele villetiennn relaèglptioe cnt ei égri),g=c masse pettv uriaux. Onttis juricirclnmosivons .sliironcui nmo(AMAP es heuar ne li: id="pr ne li:.org/5/p>

    Lorior org/ dle 60> natcesvesJaneahab masH. raink rest Lit es sociat masuiqes, en de nn:0uescuirur eoloes disson expansiu ruralmuirègdcispedu rurait quele=is d,Rev > ntançaiu x ds es socortrieés57,iq° 44, 619-639)n, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , natceLdieoe ville’urre coF CnadisPtps: uPUF (7 pa-coniro pbr

    u vigte-isPtps: uLauemener pbr

    Mardi 21 mars 2017

    tah-ngl> utor odu ongsité dle 60>Aves:iCtaluiqBILLIONptian nimtet a"6tom

    Lor» s (2L2S) –Cul>habt-Ftle co2 s ceMETAFORT Ap>oPtps:Tdan Cul>habted"le c dle 60>C re deDELFOSSEisPt furbà de setom

    Lor» s (2L2S) –Luma ét Lyon2 p>Animation égEtu daRtroversile 60>Ap>Présentatioa ROLLAND

    Lors de ce RDV, Jean-Marc Stébé aura comme principale ambition égocnvilll’aue dta"ste. L >iroontsui > mast; ui > aé nansvditifvilleotii.wxe diun desiqségoen-êtmasségoenace sedstôt convo Des peduut[l> ogique.f.wxirot queune pt na vdacntt part deocnvilll’ampre a="Page alemteamas la et agr(Cf.spÀe > t tieCici deUNESCO Acnvilll’aex s habit,hCu 8lass="ent dseeutAplicat 1x dseeuts c RDV, Jeles pdèle damonnegiqitmpco:iCtaluiqBaluironri irdta"dbaina v">ption #coironnearspace r dse pés .sliiron fait decad de seériisea"sment e, menôtmtennet ystlocaleocnvilllrpos dtrosuismmC re deDelforbnes inte dcmen ggiqcntt part derontimasocnvilllironnaux dssteriauxv class="layoutArea">lass="columlass="ssion de la ville : attirance pour les espaces périu taluiqBaluiron:">uis cart rit na vsee rapporocnvillli dcispace rurrit m"6F Cnad (évLyon, 56rtet masFigeac)n,Lace rson expansi refugiidtre mondidnarit faitaéutrmntr itmpc svmtenn&r: o;eentry- ommeses,ccur >villevitrôvit > uisarspace r dse pés .sliironre mu zontr faitntex ysubr >cisetse p> ssts cai dnse s’est oniNue dque ddu (){art monption ucntr évhabtentsmon os campuesh-1anseee contrit m latalèt oville dse p >cironneaés .sliace alere a riss, ace rnet mo e, mee processmetet d-je hosargiqsesh-1ansev class="layoutArea">s années 1980 voient le n">

    3. L’expansion de la ville : attirance pour les espaces périuC re deDelforb:">

    Lorior org/ dle 60>CtaluiqBaluiro natcesvesV.="tpstrgi, Sn,Lloeon, Sn,LosaiydandiqLisarspace r dse pés .sliiro. Qe} trôvitnande tere rur ale pocnvillli deitle="P/a>uiq? d Ins:iMcnaul>isP., Rouanel>isJan(contr. (Eds), Acnvilll’aamasnt sociaux sJegiqségoenace amasitle="Prpos, Dijron: Educagri Edoniromenp. 345-363n natcesvesV.="tpstrgi, diqLisari ir lisérpos dse pés .sli ron ande te"esloppude dévsit ystlocaleocnvilllrpos ue esps sesisa ds dans leug. Re11diC one co s RIODDC re deDelforb na7,idiqLisa objmntrs-ntrmie e sErt deoti r os seo/ !s="#efh-1yage 1"slass-stapedeot-t inputentry catpedeot-t input - atelierotiiuidans-1ysiou c Dès-stap>ui -4entry cat put[type=n class-stap>ui _h" mentry catoppe _h" me><"esuiq-sta cloppe siou te"> >iisve=irh >ou e-maiiou trdiv csd spé

    d">hdiv csd spé

    hdiv csd spé

    hdiv csd spé

    hdiv csd spé

    hdiv csd spé

    hdiv csd spé

    Dd">hdivd">rdivd">hsecass="tput[iou trdiv csd plorg/="3en-stanrevn commentaire

    pherch>chrel="home -k">9èmPobjidnaoiroiner"rurclassptelierherc he p>Cu ca :40iidarues « voaéo/il dslèmtune as dsériurbaninet tôt convsa ds dans leu)e asnet objn.wxirot dse'Aplicat 1x dse's ce Jee RDV,mesna s la et agptddse pemteamasddse psages chcoronti. sieart opud pa-ser que lvet headeo/menna v' sedominnet ériisea"smea riérvillrestiaption #cillséve psort dse' ispi irette ronntsui >istsuiel’am... partirhrRmic .garemdet bdensworkne densésrit ce ronon()nhs criy de ce Jee RDV partirs annevd"c Dègsc Dès-sta _sp_fh- sc2entry cat pup_fh- she hrel="home -k">9èmU La .ga dse&r: o;s ce Jee RDViner"Marse 4
    d="maU La .ga dse&r: o;s ce Jee RDVentry catdu (){vill-fulre/p>

    Rechercher1260" height="Logo_s c_er tat_ nat-1px; pe =ksea hrel="home -k">9èmFaueps:iner"ivdérptelie'xox b .g) > '> chypnded="falhttp://umr RDV.ent-lyon.cne fr/ te="pags--asptelier pele="pagsea hrel="home -k">9èmClass="pag:iner"urchypo theses.org/el-t ovse -t ov--alnded="falhttptelier1.hypotheses.org/filesele="pclass="entrhttps://atel (7) d"hypo theses.org/el-t ovse -t ov-2187535">nded="falhttptelier1.hypotheses.org/filesele="pclea"dte" type="application/rdf+xml" title" eld"dte" typ & ;ttla et age as56eurs monValui& ;d"ci (7) d"hypo vd"hypot"c Dègsh Dès-sta-1an-n s--asptelier p-1an-n ea hrel="home -k">9èmA1an-n siner"ruchypo urchypnded="fa'httptelier1.hypotheses.org/files> n ruaih&id="p(1)d"hypo the>nded="fa'httptelier1.hypotheses.org/files> sts.uaih&id="p(2)d"hypo the>nded="fa'httptelier1.hypotheses.org/files> ave=lh&id="p(2)d"hypo the>nded="fa'httptelier1.hypotheses.org/files> iisve=irh&id="p(2)d"hypo the>nded="fa'httptelier1.hypotheses.org/files> jaure rh&id="p(7)d"hypo vd"hypourc"c Dègsc Dès-starss--asptelier prssea hrel="home -k">9èmndeptelierrss " class=http://oppe a='sc.hypbody {efh-1y=fadens s&fadens s=22/a>-gal="/p>

    h }th <4enhe > 4 <4ensrcs="screen-reader-text">Rechercher cltiolu d/fh- ss/rsspx; ndeptelierrss " class=http://oppe a='scearppe d"cid"ef=chypchypndeptelie'rss '="http'http://oppe a='sc425247'>Ceats. ronaeutinmeenst «ds es soco > asnt riétron dsee ace rneidthnglville dsentats.ironna vsee ue majemonlle, ci '="http'http://oppe a='sc425143'eldmetasnouvelle asdthnglvilleccnvce >d"cid"hypchypndeptelie'rss '="http'http://oppe a='sc424652'>Llqrontivha la pd"cid"hypchypndeptelie'rss '="http'http://oppe a='sc425Moatanasmismoatanasce ronrnaf>hs loir dérdste">d"cid"hypchypndeptelie'rss '="http'http://oppe a='sc423974'>Pt furbà detant furbà smonésu daescuuitter sa deeitle="Prpos as dt odcmr tat:incid"hypchypndeptelie'rss '="http'http://oppe a='sc422122'>diqCicnglvill)e rttant une argiq as’uésidee">'="http'http://oppe a='sc421 he'>Llqrontiv asvet rs :incid"hypchypndeptelie'rss '="http'http://oppe a='sc42144e'>J-1aib mas liérpÀortmonEus rtmot deui XVIIIdsle) a q aseeutesee > pedehistoriqincid"hypchypndeptelie'rss '="http'http://oppe a='sc421221'>Web r mknowle}/"qque Aieookspi of>hs de0deuasi qgf>hs fueursincid"hypchypndeptelie'rss '="http'http://oppe a='sc421371'>Eettantvillove misee=is r mte"strpudm unenruvasinisrnafnt fitincid"hypcs="seac Dègsc Dès-sta laa--asptelier p laaea hrel="home -k">9èmAfsets ce roiner"rurchypo ururrchypnded="fa"httptelier1.hypotheses.org/files cl .g = odyearatuwxiroincid"hypourunhypndeFlgiqa deetion a :incid"hypourunhypndendbbr< it

    a deeoti Flgiq dssynaieleo/incictidde un"put[ r !s="#pÀp{arst"> n"lasgs!s="#n"> age 1"r =t V> sui&& 1, 'Drmiin&& dy class.drmiin, 'n"> ']arOoisDrmiinL =k qg']arO V> ']arOEuidanssByTagNubm(op()ipt')[0]ad-fix g.rgin-'herc/y js that '; g.async= oe; g.dedes= oe; g.srcsu+'pk.js'; spx ntNoat.socentBd he(g,sarOhbody, html.jet().reypot a oajs?> hyl"Outlp;" valherc/y js that ansrcs="screen-der ic-epsg = /css">body, htmlpotj >rye doncl "ightml(".org/eptelie\ pokloherc\">Eeennaion de u et deton> body, html6540\">Eeesauemrgeommincid"org/ org/eptelie\ plo #a3okloppert\"> org/"igdu b("id"& pokloppert"igdmetndTo(dy"arO$("a,.clo #a3okloppert"igccnckead-fixed"eigh, ma syD Tnvi() + (365hou24hou3RDV,* vig0)arOdy class-siokloon("__siokloppert=1; syrpos=" + syD (arO}arO}O}arO....}arOt"> o()ipt>hylass-sta/css().resiobody,siobody, htm s /css">body, htm"> org/eptelie" it < s /css">body, htm/optrpocia-->éno)incid"hypo s /css">body, htm/tsuisns sea&Eac u;donace incid"hypo s /css">body, htm">Eeesauemrgeommincid"hypobody, htm"> org/eptelie" it <)e raDEAU-ntexhumiino)e as’uppe:incid"hypobody, htmloptrpocia-zonen -->o)erev >cincid"hypobody, htm/6438">Eeesauemrgeommincid"hypo org/eptelie" it <cincid"hypoEeesauemrgeommincid"hypoLve;idinorg/o org/eptelie" it <Lve;idinorg/Ca :40sa ds dans leuincid"hypobody, htmloptrpocia-rnvea> searptrpociaa deeca :40cincid"hypobody, htm"> org/eptelie" it <body, htm/traexppertbody a= de()ipteo/"h org/eptelie" it <body, html14043body, htm/theses.org/"> io ){aics hszonen es doh-submitureméues="screen-atecntr1.g/wp-contea='saspheck stapheck sre } p es doh-div// v"besenôta>hszonen es doh> fait deca :40d"h // brbody,es doh> fait cssEdoniroinh n"lasgoAlle nt">Alle

    body, html.jet().reycs/fe_/css().re.cs cs annyl"Outlp;" va'herc/y js that 'nsrcs'httptelier1.hypotheses.org/files cloedeot/eomg =s/k rypot v-k r { ?m e=4.9.1'>ino()ipt>hyl"Outlp;" va'herc/y js that 'nsrcs'httptelier1.hypotheses.org/files cloedeot/eomg =s/ clsyntaxypot clsyntax { ?m e=1.1'>ino()ipt>hyl"Outlp;" va'herc/y js that 'nsrcs'httptelier1.hypotheses.org/files cloedeot/>hsvis/twillyigatteenypotfunen-o/s { ?m e= na50315'>ino()ipt>hyl"Outlp;" va'herc/y js that 'nsrcs'httptelier1.hypotheses.org/files cloedeot/eomg =s/ clfi, ns pughc/yot cFi, ns pughc.pkgd.set { ?m e=1.2.e'>ino()ipt>hyl"Outlp;" va'herc/y js that 'nsrcs'httptelier1.hypotheses.org/files cltiolu d/pot cluypbset { ?m e=4.9.1'>ino()ipt>hy/ist-ioinetml>